Angers et Trélazé (Maine-et-Loire)

Voitures brûlées... et société malade

Brève
06/01/2021

Dans la nuit du 31 décembre 2020, puis les deux nuits suivantes, des voitures ont été brûlées, dans le quartier de la Roseraie et aussi à Trélazé. La cinquantaine de véhicules détruits appartenaient à des habitants modestes, qui ne pourront pas si facilement se racheter cet outil indispensable pour aller gagner son salaire. Certains véhicules appartenaient aussi à des associations qui aident les handicapés ou combattent les discriminations anti-LGBT.

Ces actions, comme les agressions envers les pompiers venus éteindre les incendies, sont le signe, chez les adolescents et jeunes adultes qui se sont ainsi défoulés, d’une inconscience et d’une absence de repère totales.

Mais elles sont surtout le signe d’une société malade. A Angers comme à Trélazé, de telles exactions ne se produiraient pas année après année si les jeunes qui grandissent dans les cités HLM voyaient leur avenir avec confiance. Mais comment le pourraient-ils, quand leurs parents et leurs proches se débattent contre la précarité grandissante engendrée par le capitalisme en crise ?

Oui, les jeunes doivent se révolter, en visant non la voiture du voisin, mais le système qui les écrase.

 

Les dernières brèves