Ouest-France, Angers-Trélazé :  350 personnes à la fête de Lutte ouvrière

Article de presse
17/04/2018

Le débat a abordé la situation des cheminots, l'un d'eux était présent et a pris la parole.

Samedi, Lutte ouvrière a organisé sa traditionnelle fête départementale, placée sous le thème de la « résistance aux attaques anti-ouvrières de Macron ». Dès 16 h et jusqu'à minuit, des animations ont été proposées aux militants et sympathisants présents.

Au programme, des expositions, une allocution politique et un débat animé par Yann Béliard, militant actif. Pendant une heure, divers sujets ont été abordés comme la condition des retraités, des chômeurs ou encore les différents mouvements sociaux qui secouent le pays (cheminots, étudiants, salariés des hôpitaux ou encore employés d'Air France).

Un contexte social mouvementé

Il faut dire que cette année la fête est intervenue dans un contexte particulier, comme l'a souligné Céline L'Huillier, porte-parole départementale. « La fête fait écho à un contexte social mouvementé, nous sommes aujourd'hui au huitième jour de grève des cheminots. Nous espérons que leur mouvement donne la force aux autres catégories professionnelles d'agir. Une victoire des cheminots serait une victoire pour tous les travailleurs. »

La porte-parole a affirmé la volonté de LO d'organiser une grève générale. « Il faut s'allier à la manière de 1936 ou 1968 pour faire reculer le gouvernement. Nous n'avons pas tous les mêmes revendications mais un même but et c'est ensemble que les travailleurs doivent lutter ». Un appel à la manifestation a été lancé pour le 19 avril.

Par ailleurs, une exposition Mai 68 : 50 ans après, quelles leçons pour les travailleurs ? a été proposée au public. LO a souhaité souligner « que les raisons qui ont poussé à cette manifestation en mai juin 68 sont encore actuelles et que l'exemple de cette grande secousse sociale, il y a 50 ans, montre l'importance d'une riposte générale ».