Ouest-France Cholet :  Cholet. Robert Cerisier sera la tête de liste Lutte ouvrière

Article de presse
02/02/2020

Robert Cerisier a annoncé ce mardi qu’il y aurait bien une liste Lutte ouvrière aux élections municipales des 15 et 22 mars à Cholet. Objectif ? « Porter la voix des travailleurs. »

 

Il s’alignera pour la quatrième fois. Comme en 2001, 2008 et 2014 (1), Robert Cerisier mènera la liste Lutte ouvrière (LO) aux élections municipales des 15 et 22 mars. Il sera notamment accompagné de Denis Plard, lui aussi à LO, qui occupera la troisième place sur la liste, qui ne sera constituée que « de gens issus du monde du travail. Ce sera une liste garantie sans actionnaire », lâchent les deux hommes.

Sans langue de bois

Chez eux, pas de langue de bois, pas de tergiversation. Ils le disent tout net : « On ne pense pas que les élections municipales changent la ville. » Pourquoi se présenter alors ? « Si on ne le fait pas, nous n’existons pas. Si jamais nous avons des élus, ils porteront la voix des travailleurs. »

Le discours est rodé : il y a eux et les autres. À moins que ce ne soit l’inverse. « Pour nous, il y a deux camps : les travailleurs et le grand patronat, ces gens pour qui l’argent coule à flots et qui n’en ont jamais assez. »

L’État liquide

Pour Robert Cerisier et Denis Plard, tout se joue plus haut, au gouvernement, au parlement… « La catastrophe dans les Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les hôpitaux, dans les services publics, c’est bien l’État qui liquide pour transférer dans la poche des capitalistes. » LO estime même que « ce sont les conseils d’administration des grands groupes qui dirigent la société ».

La liste qu’ils mèneront est presque « complètement » constituée. « Nous attendons encore quelques réponses, confient-ils. Ce seront essentiellement des travailleurs, des employés, des retraités. » Et de tous les âges ? « Oui, assure Robert Cerisier en riant, il y aura même des vieilles peaux comme moi. »

Des militants de longue date

La campagne, ils la feront essentiellement sur le terrain, sur les marchés, dans les quartiers et à la sortie des usines. « Hier, nous avons fait la sortie de Thales, chez qui il y a peu d’ouvriers, mais nous avons été très bien reçus. »

Increvable militant politique et syndical, Robert Cerisier, 71 ans est adhérent à LO depuis 1972. Trois ans plus tard, il était candidat aux élections législatives à Châtellerault. 1975 est aussi l’année de son adhésion à Force ouvrière, syndicat auquel il adhère jusqu’en 1999, puis quitte pour la CGT où il milite toujours. Le candidat aux prochaines municipales a aussi été ouvrier chez Michelin pendant 39 ans.

Quant à Denis Plard, 48 ans, il a travaillé en intérim jusqu’en 2002 puis a intégré Michelin. Il est à la CGT depuis 2004 et militant LO depuis 1998.

(1) La liste Lutte ouvrière a obtenu 5,65 % en 2001 ; 4,87 % en 2008, et 3,73 % en 2014.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Ouest-France Cholet