Aisne

Volkswagen – Villers-Cotterêts : cela roule pour eux

Brève
15/01/2018

Dernièrement, Xavier Bertrand, président de la région des Hauts de France, Franck Briffaut maire FN de Villers-Cotterêts et d’autres élus se sont retrouvés ensemble pour visiter l’usine Volkswagen de Villers-Cotterêts.

Ces élus ont apporté leur soutien à la direction de Volkswagen dont un représentant indiquait à propos des voitures électriques que "le financement des bornes n'est pas simple mais c'est un enjeu commun pour les pouvoirs publics et les constructeurs".

Les patrons n’ont vraiment pas à s’inquiéter de ces politiciens qui soutiennent ceux qui nous serrent la ceinture et sont aux petits soins avec ceux qui nous exploitent.

 

Aisne

Conseil de prud’hommes – Saint-Quentin : moins d’affaires, c’est plus de liberté laissée au patronat

Brève
15/01/2018

Le nombre d’affaires au conseil de prud’hommes de Saint-Quentin  est passé de 425 en 2015 à 253 en 2016 et 185 en 2017. 

Cette chute n’est évidemment pas le résultat d’un respect plus grand du patronat vis à vis des travailleurs mais est due à des modifications qui imposent des dossiers bien plus lourds qu’avant. De plus,  différentes  lois offrent plus de possibilités aux patrons pour licencier et les barèmes d’indemnisation sont fixés en fonction de l’ancienneté.  

Les gouvernements successifs de Hollande et de Macron ont réussi à réduire cette institution qui limitait un peu les abus des patrons.

Les travailleurs auront à regagner leurs droits. 

 

Aisne

Kiabi - Saint-Quentin : fermeture de magasin

Brève
24/12/2017

Après Mr Bricolage et d’autres, le groupe Kiabi qui fait partie de Auchan a décidé de regrouper le magasin de Gauchy avec celui de Saint-Quentin.

Des clients ont signé une pétition pour son maintien parce que son implantation leur convient mais Kiabi doit penser gagner plus d’argent avec un seul magasin.

D’autant que du fait de ce choix, les huit salariées du magasin de Gauchy se retrouveront au chômage dans quelques semaines ainsi que celles qui venaient travailler dans ce magasin en contrats précaires.

Les salariées ont été mises au courant en même temps que les clients l’étaient pour liquider les stocks.

L’appât du gain de ces grandes enseignes va à l’inverse du slogan du groupe « le bonheur vous va si bien ».

 

Aisne

Hôpital – Soissons : non aux suppressions de postes

Brève
21/12/2017

Un nouveau plan de suppressions d’une cinquantaine de postes vient d’être annoncé.
Le personnel s’était déjà mobilisé ces deux dernières années lors de quatre grèves contre ces réorganisations qui se font sur le dos des personnels et des patients. Et lors d’un mouvement de grève l’an dernier, les personnels dénonçaient déjà qu’ils étaient régulièrement appelés lors de leurs jours de congés pour remplacer des collègues malades.
Le prétexte invoqué est un déficit affiché de 8 millions d’euros de l’hôpital qu’il faudrait résorber à coups d’économies sur les conditions de travail du personnel soignant et sur les conditions de soin et il est déjà prévu de nouvelles réductions d’effectifs ces prochaines années.
De la mairie au ministère de la Santé, les responsables justifient cette politique en invoquant la rentabilité que devraient dégager les hôpitaux.
Et cela, alors même que les capitalistes notamment du secteur pharmaceutique et des cliniques privées font des bénéfices faramineux. 

 

Oise

Maternité - Clermont : 300 femmes interdites d’accoucher à Clermont !

Brève
20/12/2017

Après la fermeture la maternité de Creil, c’est celle de Clermont qui vient d’être annoncée.

Dès 2019, ne restera plus à Clermont qu’un « centre de périnatalité » et ce seront plus de 300 femmes qui seront obligées d’aller accoucher loin de chez elles, à Beauvais ou Senlis.

Le prétexte, c’est un pseudo-déficit de l’hôpital général de Clermont, mais a-t-on déjà vu un gouvernement fermer une caserne de l’armée sous prétexte de déficit ?

Non... ces mesures scandaleuses sont réservées aux services les plus utiles à la population !