Orpea - Saint-Quentin (Aisne)

Salariées en grève!

Brève
03/06/2022

Les salariées des maisons de retraite Orpea se sont mis en grève dans tout le groupe pour exiger la prime d intéressement de 750 euros que la direction refuse de leur verser cette année.

À Saint Quentin comme à Beaurevoir le personnel dénonce le mépris des directions locales, des pressions voire des insultes qu'elles s'autorisaient.

La situation se dégradait pour le personnel avec des charges de travail souvent intenable et des responsabilités accrues.

Celles qui ont lu « les Fossoyeurs » reconnaissaient leur situation et découvraient l'ampleur des manipulations financières dénoncées dans le livre.

Face à la baisse des entrées de nouveaux résidents , la seule réponse de la direction est d'écraser encore les revenus des salariés.

Ce qui a provoqué la colère et la détermination à ne pas céder devant les voyous de grands chemins qui sont à la tête de ce groupe.

Orpea - Beauvais (Oise)

Une grève qu’Orpea n’a pas volée

Brève
24/05/2022

La direction du groupe privé d’Ehpad Orpea a récemment annoncé qu’elle ne verserait pas la prime d’intéressement de 750 euros cette année.

Malgré des bénéfices de plus de 60 millions d’euros pour 2021, les dirigeants d’Orpea n’hésitent pas à faire les poches des travailleurs.

À l’Ehpad « Le clos du Beauvaisis », la réaction ne s’est pas fait attendre. Dès lundi 23 mai, plus des trois quarts de l’effectif était en grève.

C’est aux patrons fossoyeurs de payer, pas aux travailleurs !

Législatives 2022 débat France 3 Picardie

Avec Roland Szpirko candidat de Lutte ouvriere

Brève
18/05/2022

Mercredi 18 mai débat sur France 3 Picardie vers 23h avec Roland Szpirko candidat de Lutte ouvriėre dans la 3ème circonscription de l'Oise.

Sera aussi disponible sur le site internet de France 3 Picardie.

Amazon - Boves (Somme)

Débrayages pour les salaires

Brève
12/04/2022

Jeudi 7 avril, plusieurs centaines de salariés de l’entrepôt Amazon de Boves (dans la banlieue d'Amiens) se sont mobilisés pour la deuxième fois de la semaine.

Ils ont débrayé plusieurs heures, au moment où les camions doivent être chargés et se sont retrouvés au piquet devant la porte de l'usine.

C'est un premier mouvement pour les travailleurs de cet entrepôt ouvert il y a 5 ans et une première pour l'immense majorité des jeunes et moins jeunes.

Depuis une semaine, à l'initiative des syndicats, les débrayages se succèdent dans huit des grands entrepôts du pays afin d'obtenir une augmentation des salaires de 5% dans cette entreprise où les salaires sont à peine plus importants que le smic.

« Suite à son voyage dans l'espace, Jeff Bezos a remercié les salariés de lui avoir permis de réaliser son rêve d'enfant. Nous, nous ne demandons pas la lune, mais de pouvoir faire nos courses » commentait une des grévistes.

Les bénéfices de l'entreprise ont augmenté de 57% en 2021 pour atteindre les 30 milliards d'euros.

Alors la lutte continue et d'autres journées d'actions sont prévues.

Maisons de retraite publiques - Saint-Quentin (Aisne)

Une colère salutaire

Brève
31/03/2022

Les salariées des maisons de retraite publiques Saint-Laurent et Victor Hugo ont manifesté lundi 27 et mardi 28 mars pour protester contre leurs conditions de travail.

Le personnel manque cruellement.

Les salariées sont épuisées de devoir, certains jours, courir pour prendre en charge 30 personnes dépendantes à deux et elles ont assez d’être sans cesse rappelées sur leurs congés pour combler les absences.

Les maisons de retraites privées font la une de la presse mais la situation n’est pas plus enviable dans le public.

En se mettant en grève, les salariées montrent la voie pour imposer des changements à leur direction.