Somme

Amiens : manifestation contre les féminicides

Brève
30/11/2019

Samedi 23 novembre, malgré l’interdiction de la manifestation par la maire, une centaines de femmes ont manifesté sur le marché de Noël et ont rappelé que la vie n’est pas une fête pour de nombreuses femmes victimes de violences.

Elles ont clamé que ces plus de 130 meurtres de femmes en 2019, n’étaient pas le fait de seuls individus.

Ils ont été causé par le machisme dans une société capitaliste fondée sur l’oppression qui s’accommode de tous les préjugés quand elle ne les encourage pas.

Somme

Amiens : Macron accueilli froidement

Brève
30/11/2019

Dans la cité du Pigeonnier, sinistrée par le chômage, le président a conseillé aux habitants de « ne rien lâcher ». Au personnel de l’hôpital, il a expliqué que le problème n’est pas le manque de personnel. Aux étudiants qui dénoncent la misère de beaucoup d’entre eux, il a martelé qu’il faut être positif.

Et aux ex-ouvriers de Whirlpool aux chômage, il a conseillé de ne pas ressasser le passé (il les avait berné en leur promettant un repreneur fiable s’il était élu président) et d’aller de l’avant.

Mais deux ans et quelques centaines de licenciements après, ses boniments sont usés et les ouvriers lui ont signifié leur mépris pour ses numéros de charlatan.

Oise

Beauvais : Argent public : Les patrons bien arrosés

Brève
31/10/2019

usine Massey à Beauvais

Un centre privé de test des machines agricoles est en cours de construction du côté du Campus Lasalle, une école d'ingénieurs des filières agricoles.
Le montant des travaux est de 21 millions d'euros.
Les principales entreprises intéressées sont des leaders mondiaux du secteur, pleins aux as comme Kubota Claas, ou encore Agco-Massey.
Cette dernière dispose justement d'une usine en pleine expansion à Beauvais... 
La région Hauts-de-France va mettre la main à la poche pour verser 5 millions et l'Agglomération du Beauvaisis va, quant à elle, verser 500 000 euros pour le projet.
C’est encore de l'argent distribué à fonds perdus aux grandes entreprises.
L’argent public doit aller aux services publics, aux hôpitaux, aux écoles, aux Ehpad qui manquent cruellement de moyens et de personnel.

 

Aisne

Conforama - Laon : grève contre les licenciements

Brève
23/10/2019

Samedi 19 octobre, 20 des 22 employés de Conforama à Laon étaient en grève, comme dans de nombreux magasins du pays.

La direction a annoncé la fermeture de 32 magasins et la suppression de 1900 postes au total.

Le magasin de Laon ne devrait pas fermer, mais six emplois doivent être supprimés, et la direction voudrait pourtant que les ventes et le chiffre d’affaires augmentent… avec moins de personnel !

Les salariés de Conforama dénoncent les 50 millions d’euros touchés au titre du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l'emploi), alors que l’entreprise licencie.

L’indécence des indemnités de licenciement supra-légales proposées par la direction en a rajouté à la colère des employés.

Elles ne seraient que de 1000 à 2500 euros selon l’ancienneté, même pas un mois de salaire pour certains.

Mardi 22 octobre, plusieurs magasins étaient à nouveau en grève, et un rassemblement avait lieu devant le siège du groupe en Seine et Marne, où avait lieu une réunion de négociation entre les syndicats et la direction du groupe.

Le groupe a suffisamment gagné d'argent sur le dos des salariés et ceux-ci ont bien raison d'exiger le maintien de tous les emplois. 

Somme

Ex - Alcan - Ham : La justice donne raison aux anciens salariés

Brève
14/10/2019

Huit ans après le licenciement en 2011 de 90 salariés d’Alcan Softal, à Ham dans la Somme , cinquante d’entre eux obtiennent enfin gain de cause devant les tribunaux.

La cour d’appel de Douai vient d’imposer à cette société de verser au total 2,4 millions d’euros d’indemnités aux salariés licenciés sans proposition de reclassement.

Une telle décision a un parfum de revanche pour les salariés qui ont pu aller jusqu’au bout de cette bataille juridique.

Le groupe Alcan devenu Constellium Extrusions France prétend ne pas avoir les moyens de payer.

Le site de Ham a été revendu mais ses anciens propriétaires se sont transformés en un des plus grands groupes spécialisés dans l’aluminium pour l’aéronautique.

Il a de quoi payer.