Amazon - Boves (Somme)

Débrayages pour les salaires

Brève
12/04/2022

Jeudi 7 avril, plusieurs centaines de salariés de l’entrepôt Amazon de Boves (dans la banlieue d'Amiens) se sont mobilisés pour la deuxième fois de la semaine.

Ils ont débrayé plusieurs heures, au moment où les camions doivent être chargés et se sont retrouvés au piquet devant la porte de l'usine.

C'est un premier mouvement pour les travailleurs de cet entrepôt ouvert il y a 5 ans et une première pour l'immense majorité des jeunes et moins jeunes.

Depuis une semaine, à l'initiative des syndicats, les débrayages se succèdent dans huit des grands entrepôts du pays afin d'obtenir une augmentation des salaires de 5% dans cette entreprise où les salaires sont à peine plus importants que le smic.

« Suite à son voyage dans l'espace, Jeff Bezos a remercié les salariés de lui avoir permis de réaliser son rêve d'enfant. Nous, nous ne demandons pas la lune, mais de pouvoir faire nos courses » commentait une des grévistes.

Les bénéfices de l'entreprise ont augmenté de 57% en 2021 pour atteindre les 30 milliards d'euros.

Alors la lutte continue et d'autres journées d'actions sont prévues.

Maisons de retraite publiques - Saint-Quentin (Aisne)

Une colère salutaire

Brève
31/03/2022

Les salariées des maisons de retraite publiques Saint-Laurent et Victor Hugo ont manifesté lundi 27 et mardi 28 mars pour protester contre leurs conditions de travail.

Le personnel manque cruellement.

Les salariées sont épuisées de devoir, certains jours, courir pour prendre en charge 30 personnes dépendantes à deux et elles ont assez d’être sans cesse rappelées sur leurs congés pour combler les absences.

Les maisons de retraites privées font la une de la presse mais la situation n’est pas plus enviable dans le public.

En se mettant en grève, les salariées montrent la voie pour imposer des changements à leur direction.

Manifestation - Beauvais (Oise)

Contre le racisme

Brève
20/03/2022

 À l’appel du collectif Solidarité Migrants de l’Oise, une cinquantaine de manifestants ont défilé vendredi 18 mars, dans le cadre de la journée de mobilisation contre le racisme et  les violences d’état.

En tête de cortège, une banderole proclamait : « d’où que l’on vienne, où que l’on soit né-e, notre pays s’appelle solidarité ».

Notre pays, c’est la terre, notre nationalité, c’est l’humanité.

Prolétaires et migrants de tous les pays, unissons-nous !

Lycée Condorcet - Méru (Oise)

Professeurs en grève : un premier succès

Brève
17/03/2022

Pour protester contre la baisse de la dotation en heures d’enseignement, plusieurs dizaines de professeurs du lycée Condorcet ont fait grève mardi 15 mars.

Certains d’entre eux ont même fait une occupation symbolique des locaux en passant une nuit sous tente dans le lycée.

Leur dotation devait baisser de 100 heures de cours. Promesse leur a été faite de leur en rendre la moitié.

Quand Macron parle de « quoiqu’il en coûte », c’est de dotation… aux profits de la Bours

Pour l’éducation et l’avenir des enfants des couches populaires comme pour la santé, il serre… les cordons de la bourse !

Camille Fournet – Tergnier (Aisne)

Grève pour les salaires

Brève
16/02/2022

Mercredi 2 février, les ouvrières se sont mises en grève pour exiger des augmentations de salaires.

Cette entreprise produit des accessoires de maroquinerie de luxe.

Le patron n’est pas sur la paille, et le secteur reprend fort, ce qui ne lui a pas empêché d’avoir touché des aides de l’État (notamment 500 000 euros au titre du plan de relance.

Finalement, le directeur, surpris par le mouvement, a fini par proposer 3% d’augmentation, au lieu de 1% prévu à l’origine, et le paiement des heures de grève, même s’il en a profité au passage pour diminuer le montant d’une prime prévue en mars.

Cela faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu un tel mouvement dans l’entreprise et les ouvrières ont repris le travail, contentes d’avoir fait reculer la direction et prêtes à remettre cela pour obtenir davantage.