Aisne

Hôpital - Laon : les urgences ont rejoint la grève

Brève
09/09/2019

Cet été, le personnel des urgences de l'hôpital de Laon a rejoint le mouvement de grève national, soutenu d'ailleurs par les autres services, qui rencontrent les mêmes problèmes : manque d'effectif, heures supplémentaires, rappel du personnel pendant les jours de repos.

La grève s'étend dans de plus en plus d'hôpitaux, et met en évidence la dégradation générale du secteur de la santé.

La ministre prétend que "la situation reste stable", mais l'extension du conflit montre que le gouvernement ne s'en sortira pas en racontant ce genre de bobard.

Oise

Hôpital - Beauvais : de l’argent, cela se trouve

Brève
05/09/2019

Les urgences de Beauvais, qui sont en grève depuis le mois de mai, comptaient 90 passages de patients par jour il y a 10 ans.

C’est 130 aujourd’hui mais l’effectif n’a pas augmenté.

La direction de l’hôpital ne trouve à proposer qu’un « projet de rénovation des urgences ».

Si elle trouve de l’argent pour rénover, c’est qu’elle peut en trouver aussi pour embaucher !

Oise

Ehpad - Chaumont en Vexin : en grève

Brève
05/09/2019

Lundi 26 août, le personnel de l’Ehpad privé « La Compassion » de Chaumont en Vexin était en grève, accusant le manque criant de personnel, le matériel déficient, les salaires insuffisants.

Les services publics sont à la portion congrue, les services privés soignent leur fric avant tout : ras le bol !

Somme

Hôpital - Doullens : les urgences en colère

Brève
14/08/2019

Depuis le 5 août, le service des urgences est en grève.

Les salariés ont rejoint le mouvement national. Tout en assurant le service, ils protestent contre le manque d'effectifs et de moyens.

Depuis dix ans, dans ce service, le nombre de soignants n'a pas augmenté, contrairement à celui des patients accueillis qui, lui, a doublé.

Le gouvernement affirme que tout va pour le mieux, mais partout les personnels soignants tirent la sonnette d'alarme et dénoncent des conditions d'accueil pour les malades qui deviennent déplorables.

Somme

Whirlpool-Amiens : manifestations des salariés de WN ( ex-Whirlpool)

Brève
26/07/2019

Une centaine d'ouvriers de l'ancienne usine de sèche-linges ont diffusé des tracts dans la semaine, puis manifesté le vendredi 26 juillet en centre-ville jusqu'au tribunal de commerce qui statuait sur leur sort et la fiabilité d'éventuels nouveaux repreneurs.

« Macron est venu, on est dans la rue », « Whirlpool nous a lessivé, WN nous a essoré » dénonçaient les banderoles.

Les résultats de l’audit sur l'utilisation de l'argent public donné à WN qui était supposé rassurer les salariés vient d’être connu.

Si 98,5% des dépenses ont été utilisées pour des dépenses « dont le lien avec l'activité de l'entreprise a pu être justifié » souligne le communiqué de presse relatif à l'audit, il reste que le reste des dépenses, 179 000 euros paraissent « inadéquates » : cadres payés un salaire mensuel avoisinant les 16 000 euros alors que les salariés avaient accepté une baisse de leur rémunération de 15%, des avantages en nature pour les dirigeants, comme des logements, voitures, une loge au stade de foot d'Amiens, "des frais de déplacement" notamment à l'international ou des « frais de représentation ».

La secrétaire d'État chargée du dossier a demandé à ce que l'audit soit transféré au procureur de la République d'Amiens qui décidera des suites à donner sur le plan commercial ou judiciaire.

Quelque soit le résultat, les salariés n’ont pas attendu pour exprimer leur colère de ces comportements qui pour être habituels n’en sont pas moins révoltants.