Leroy-Merlin – Compiègne (Oise)

Grève pour les salaires

Brève
23/11/2021

Les travailleurs du magasin Leroy-Merlin de la zone commerciale de Jaux Venette, près de Compiègne étaient en grève le 19 novembre, la moitié des salariés s’étant jointe à ce mouvement qui touche tous les magasins du pays.

Le patron se sert de la crise sanitaire et des soi-disant incertitudes qu’elle aurait engendrées comme justification pour n’augmenter les salaires que de 2%, tout en diminuant le montant des primes.

Les travailleurs en grève rappellent qu’ils sont restés au travail pendant le confinement de mars 2020 excepté les 15 premiers jours. En plus des salaires insuffisants, ils dénoncent leur condition de travail qui se dégrade depuis longtemps.

Côté patronal, tout va bien. Le journal patronal « les échos » signalait que « parmi les gagnants de la crise, parce qu'il y en a, Leroy Merlin en est un, sans conteste. L'activité du numéro un français et européen du bricolage a été dopée par la pandémie et les confinements. »

Cela s'est traduit par une croissance du chiffre d'affaires de Leroy Merlin France de 5 % sur un an, à 7,9 milliards d'euros.

Alors, de l’argent il y en a pour augmenter les salaires !

Colgate-Palmolive – Compiègne (Oise)

Explosion à l'usine

Brève
23/11/2021

Le 8 novembre, il y a eu une explosion d’origine chimique à l’usine Colgate de Compiègne, qui est classée Seveso. Les vitres du local où se trouvaient les cuves de produits ont été soufflées et des WC à proximité ont été pulvérisés. L'usine a été évacuée pendant plusieurs heures avant que la production reprenne dans l’après-midi.

Des travailleurs ont été choqués par la déclaration du directeur de l’usine, affirmant qu'il n’y avait pas eu de victime et que c’était le principal. Car s’il n’y a pas eu de blessé, un ouvrier aurait très bien pu être là !

Comme à AZF (Toulouse) ou à Lubrizol (Rouen), à Colgate, la recherche du profit au mépris de la sécurité met en danger la vie des travailleurs et des riverains.

CIE Automotive - Compiègne (Oise)

Priorité aux salaires et au maintien des emplois

Brève
30/10/2021

La direction de CIE Automotive a récemment annoncé aux travailleurs de l’usine de Compiègne des mois de chômage partiel.

Les intérimaires ont tous été licenciés et la dernière semaine d’octobre est chômée avec comme conséquence la baisse du salaire.

Le chômage n’est payé qu’à 70% du brut, la direction lâche quelques euros par jour, mais refuse de payer le chômage à 100%.

Cie Automotive est un groupe qui a des usines dans plusieurs pays en Europe et en Asie, et qui fait des bénéfices.

Ceux-ci doivent servir à l'emploi et aux salaires.

Agco - Massey – Beauvais (Oise)

Licencieurs !

Brève
12/10/2021

L'entreprise de tracteurs aux 9 milliards de chiffre d’affaires, qui se fait offrir par la mairie de Beauvais, sous prétexte de création d’emplois, un pont de 11 millions enjambant ses sites, vient de jeter à la rue 150 de ses ouvriers intérimaires, en les prévenant bien sûr du matin pour le soir.

À eux de se débrouiller pour payer loyer et factures.

Agco, comme tous les capitalistes, ne s’intéresse qu’à son tas d’or.

Massey-Ferguson – Beauvais (Oise)

Aux frais du contribuable

Brève
06/07/2021

La commune de Beauvais, aidée par la Région et par l’État, va financer entièrement la construction d’un pont routier enjambant le site Agco, le constructeur des tracteurs agricoles Massey-Ferguson.

11 à 13 millions d’euros pour permettre à Agco de vaquer à ses occupations sans bourse délier et sans être importuné par la circulation sous ses fenêtres.

Agco, avec 4,9, milliards de dollars de chiffre d’affaire et 300 millions de résultat net, paiera peut-être le champagne lors de l’inauguration ?