Aisne

La Poste – Soissons (et ailleurs...) : le progrès à reculons

Brève
15/02/2019

Dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale, un panneau a été apposé devant le bureau de poste principal de Soissons.

Il y figure une lettre manuscrite, datée de 1918, du maire de Soissons adressée au receveur des postes (dactylographiée à droite du panneau), pour demander au nom du conseil municipal le rétablissement d'une deuxième tournée dans la journée.

Cela afin que les habitants continuent à pouvoir recevoir, malgré la guerre, l’après-midi une lettre postée le matin...

Bien des municipalités d’aujourd’hui pourrait émettre un vœu semblable pour demander que le courrier soit bien distribué partout tous les jours !

Il faut croire que c’est la guerre sociale, que mène le gouvernement et le grand patronat contre les travailleurs, qui impose pour accroître la productivité, des suppressions d’emplois qui ne le permettent plus !

Aisne

Des grèves qui en appellent d’autres

Brève
10/02/2019

Récemment, il y a eu des conflits chez Materne à Boué, chez AML à Hirson, chez William Saurin à Pouilly-sur-Serre...

Visiblement, le mouvement des gilets jaunes a donné envie à bien des travailleurs de défendre leur pouvoir d’achat.

Et cela a mis en évidence la nécessité d’une lutte des travailleurs, tous ensembles, pour imposer des augmentations de salaires importantes, afin de suivre l’augmentation du coût de la vie.

 

Aisne

Écoles dans l'Aisne : luttes contre les fermetures de classes

Brève
09/02/2019

 Alors que l’Inspection académique a fait connaître les 43 fermetures de classes en école primaire et maternelle dans l'Aisne, des parents et des enseignants commencent à se mobiliser.

Par exemple, à Frières-Faillouël-Mennessis, des parents se sont réunis pour protester, à Saint-Quentin des pétitions circulent.

Dans toutes ces écoles, avec la fermeture d’une classe, les effectifs des autres classes augmenteront.

Pourtant la réduction du nombre d’élèves en CP et en CE1 dans les quartiers les plus défavorisés a fait ses preuves.

Malgré cela, le gouvernement s’apprête à augmenter les effectifs des autres niveaux dans toutes les écoles en fermant des classes.

Cette logique comptable est choquante et justifie pleinement la mobilisation des parents et des enseignants.

Aisne

Ondulys – Saint-Quentin : non à la répression syndicale

Brève
09/02/2019

À Ondulys à Saint-Quentin, l'élection d'une des deux délégués de la CGT est contestée par la CFDT et la direction.

Le prétexte invoquée est que la tête de la liste CGT  était une femme alors que l’entreprise est majoritairement masculine.

L’esprit de cette loi qui impose la parité est faite pour que des femmes deviennent déléguées en étant en position éligible mais toutes les ficelles sont utilisées pour se débarrasser de cette déléguée.

Le patron avait déjà tenté de la licencier après avoir réussi à se débarrasser de plusieurs syndiqués.

Il a lancé une nouvelle procédure et  rêve maintenant de faire annuler ces élections.

Une centaine de militants ont accompagné la déléguée le jour de l'audience, le mercredi 7 février, devant le tribunal d'instance, afin de montrer leur indignation et leur solidarité face à l'acharnement de la direction.
 

Oise

Beauvais : Édouard Philippe en visite... démocrature ?

Brève
05/02/2019

Le lundi 5 février, il y avait 35 cars de police pour accueillir quelques dizaines de manifestants CGT et Gilets Jaunes venus à la rencontre d’Edouard Philippe pour vanter les mérites de la »prime d’activité ».

Est-ce « la dictature » comme l’a dit une manifestante embarquée pour ces propos au poste de police ?

Ou bien tout simplement le côté obscur du « Grand débat » ruisselant à l’envie dans tous les médias…

Quant à la prime d’activité distribuée par la Caf, un des manifestants, ouvrier père de cinq enfants, la résumait ainsi : « 100 euros, c’est rien, ce qu’il faut, c’est augmenter les salaires