Somme

Contre les licenciements à  la FNAC : Rassemblement à  Amiens le 18 janvier !

Brève
16/01/2012

La direction de la Fnac vient d'annoncer 510 suppressions de postes, dont 310 en France, dans le cadre d'un « plan d'économie ».

La Fnac appartient au groupe Pinault-Printemps-Redoute, qui se vante d'un bénéfice de 1,5 milliard d'euros en 2010. Si la direction prend prétexte d'une baisse des bénéfices de la marque Fnac elle-même, celle-ci reste pourtant bénéficiaire en dizaines de millions.... À Amiens, la CGT de la Fnac appelle les salariés du commerce, de la distribution et des services à se rassembler le mercredi 18 janvier à 11h30, place Gambetta, pour dénoncer la rigueur et la précarité imposées par le patronat du secteur, et en solidarité avec les travailleurs de la Fnac.

Oise

Colgate - Compiègne, en grève pour les salaires et l'embauche

Brève
13/01/2012

Les travailleurs de l'usine Colgate, qui fabrique des produits de toilette, détergents, dentifrice, lessive, et emploie sur le site 540 salariés en contrat à durée indéterminée et entre 50 et 70 intérimaires, sont en grève depuis mercredi 11 janvier pour réclamer une augmentation de salaire de 5% et des embauches.

La grève a été votée à plus de 80%. C'est la décision du patron de ne proposer que 1% en janvier et 0,8% en octobre qui a mis les travailleurs en colère. Et pour cause, cela ne correspond même pas à l'inflation, et compense encore moins la perte du pouvoir d'achat consécutive à l'augmentation réelle des prix, essence, gaz et loyer.

Colgate est une multinationale qui emploie 38 000 salariés dans le monde et fait des bénéfices. Pour le seul troisième trimestre 2011, Colgate a annoncé un bénéfice de 643 millions de dollars en hausse de 4%, et un chiffre d'affaire de 4,4 milliards d'euros en progression de 11%. Il y a là largement de quoi augmenter les salaires et embaucher les intérimaires.

Aisne

Hôpital de Saint-Quentin : des choix inacceptables

Brève
12/01/2012

Les objectifs fixés à l'hôpital de Saint-Quentin seraient de faire 1,2 million d'économies en 2012, 1,7million en 2013 et 3,2 millions en 2014. Quelles mesures la direction de l'hôpital prendra-t-elle pour réaliser ces économies alors que les dépenses de santé augmentent parce que la population vit plus longtemps et que les progrès de la santé permettent de guérir de nouvelles maladies ? Quelles conséquences cela aura-t-il pour les malades et pour le personnel de l'hôpital ?Le gouvernement présente cette politique d'économie dans les hôpitaux comme le moyen de sauver la santé, alors qu'au contraire c'est au démantèlement du système de santé qu'elle conduit. Ce qui serait nécessaire, c'est d'imposer l'arrêt de dilapider les fonds publics en soutien aux patrons et aux financiers pour les consacrer à ce qui est utile à la population.

Aisne

À Saint-Quentin, comme ailleurs, ce sont les licenciements qui sont responsables de la situation.

Brève
11/01/2012

D'après l'Insee, à Saint-Quentin, 34% des foyers disposent d'un revenu net inférieur à 800 euros et seulement 42% des ménages sont imposables. Voilà le résultat des milliers de licenciements qui ont eu lieu depuis près de trente ans. De nombreuses familles ont perdu de quoi vivre, de quoi faire des projets. Mais dans la même période, alors que les usines fermaient, leurs patrons ont continué à s'enrichir en déplaçant leurs capitaux. Alors oui, il faut interdire les licenciements. Et la répartition du travail entre tous et sans diminution des salaires est une nécessité.

Oise

CIE AUTOMOTIVE - Compiègne... de l'argent, il y en a !

Brève
10/01/2012

Anton Pradera, le PDG de CIE Automotive, équipementier automobile qui emploie 12 000 salariés dans le monde, s'est déclaré "confiant dans l'avenir" en ce début de janvier 2012 ! Il a promis des dividendes pour les actionnaires. Fin 2011 déjà , CIE Automotive se vantait d'un bénéfice de plus de 50 millions d'euros, en hausse de 61% par rapport à l'exercice précédent. Mais ces bénéfices, les travailleurs n'en voient pas la couleur. Les travailleurs de l'usine de Compiègne dans l'Oise, spécialisée dans la fabrication de rampes à injection, n'ont pas vu leur salaire augmenter - salaire qui n'atteint pas les 1 500 euros, même avec de l'ancienneté et un travail en équipes. Et la prime qui doit être versée ne devrait pas dépasser 150 euros brut. De plus, ce sont 91 postes qui ont été supprimés depuis le début du mois de janvier 2011 : 91 salariés qui ont dû pointer à Pôle Emploi. Les bénéfices de CIE Automotive doivent servir à augmenter les salaires et à maintenir tous les emplois, plutôt qu'à engraisser les actionnaires.