Picardie

Réductions de postes dans l'enseignement

Brève
09/01/2012

Pour 2012, le rectorat d'Amiens a prévu, sur les ordres du ministère, la suppression de 477 postes dans l'Éducation nationale. Cela fait maintenant des années que des postes d'enseignants, comme de personnels administratifs, sont supprimés et que des classes, des sections ou des écoles sont fermées. Pour ce faire, les programmes ont été changés, les enfants de deux ans sont de plus en plus difficilement accueillis et bien d'autres moyens ont été utilisés.

L'un des prétextes pour justifier les suppressions de postes dans l'Éducation nationale est celui de la baisse du nombre des élèves. Mais d'après la FSU, un syndicat d'enseignants, ce sont 2500 postes d'enseignants qui ont disparu en 10 ans alors qu'il y a eu 1700 élèves uniquement dans les lycées en plus sur la même période. La véritable raison est de faire des économies afin de dilapider les finances publiques en cadeaux et aides aux classes privilégiées et cela au détriment de l'éducation des enfants des classes populaires.

Oise

L'Agence Régionale de Santé se désengage de la pouponnière de Beauvais

Brève
08/01/2012

Mardi 27 décembre, les salariés de la pouponnière Arc-en-Ciel de Beauvais ont manifesté contre les 50 suppressions d'emplois organisées par l'Agence Régionale de Santé qui a décidé de fermer les 42 places qu'elle gère dans cette pouponnière. C'est la partie « sanitaire » de cette pouponnière qui est concernée par cette décision. La partie « sociale », qui regroupe une quarantaine d'enfants en bas âge et qui, elle, est financée par le Conseil Général, n'est pas touchée.

Que deviendra le personnel, agents spécialisés, aides de vie, ouvriers d'entretien ? Quid également des enfants en bas âge qui étaient accueillis à la pouponnière au titre de son volet sanitaire ?Voilà qui ne préoccupe guère les dirigeants de l'ARS aux ordres du gouvernement qui n'ont d'yeux que pour les capitalistes du médicament et les financiers des cliniques privées.

Oise

Maternité fermée au nom de la rentabilité

Brève
06/01/2012

Il va devenir de plus en plus compliqué d'accoucher sans faire des dizaines de kilomètres dans l'Oise. La maternité de Noyon a fermé ce vendredi 30 décembre 2011 et des menaces planent sur celle de Clermont. Elle avait pourtant permis à près de 450 femmes d'accoucher en 2011, mais ce n'était pas assez aux yeux de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie (CNAM).

Désireuse de faire toujours plus d'économie, la CNAM préconise désormais de faire sortir les mamans et leur bébé des maternités encore en activité, au bout de deux jours au lieu de quatre ou cinq actuellement.

Cette politique criminelle se révèle crûment pour ce qu'elle est : des attaques supplémentaires contre les services publics de la santé au nom de la rentabilité !

Oise

Restos du coeur dans une société sans coeur

Brève
06/01/2012

Avec l'aggravation de la crise, la fréquentation des Restos du coeur ne cesse d'augmenter. Dans l'Oise, la fréquentation a augmenté de près de 30% ces trois dernières années (contre 25% à l'échelle nationale) avec aujourd'hui près de 11 000 bénéficiaires dont 400 bébés de moins de 1 an. Parmi les bénéficiaires, on trouve de plus en plus de salariés pauvres et de retraités dont les revenus ne suffisent plus pour se nourrir.

Pour permettre aux Restos du coeur de vivre, des bénévoles donnent de leur argent et de leur temps. Quant à l'État, il préfère assister le grand patronat alors que ce dernier organise la misère en bloquant les salaires et supprimant des emplois.

Oise

Quand l'État organise la pénurie de logement social

Brève
06/01/2012

L'office HLM Oise Habitat justifie l'augmentation des loyers prévue à partir de janvier, par le désengagement de l'État qui va ponctionner pendant 3 ans 2,2 millions d'euros sur son potentiel financier. D'après l'office HLM, ces restrictions empêcheront la construction de 450 logements neufs ou la réhabilitation de 900 appartements de son parc HLM.

Dans la région, des travailleurs en sont parfois réduits à camper faute de logements disponibles à des prix abordables. L'État et l'Assemblée nationale, qui a récemment eu le cynisme d'adopter une proposition de loi visant à interdire le camping à l'année, est décidemment bien plus efficace pour trouver de l'argent à prêter gratuitement aux banquiers que pour aider les travailleurs à se loger !