Saint-Quentin (Aisne)

Amiante : le maire de Saint-Quentin n’aime pas les manifs

Brève
18/10/2011

Lorsque les associations des victimes de l'amiante ont annoncé leur intention de manifester à Saint-Quentin, cela n'a manifestement pas plu à Xavier Bertrand ni en temps que maire ni en temps que ministre du travail.

Le parcours proposé par les manifestants a été refusé sous prétexte que les mairies ne sont pas le lieu où siègent les représentants de l'État.

Finalement, les manifestants ont obtenu le droit d'occuper la place de l'hôtel de Ville mais seulement un quart d'heure ! Et encore, ils n'avaient pas le droit d'y placer leur camion sono.

Cela n'a pas empêché les manifestants d'être nombreux à se faire entendre et c'est une bonne chose !

Saint-Quentin (Aisne)

Amiante : un décret à combattre

Brève
18/10/2011

Plusieurs milliers de manifestants sont venues des quatre coins du pays, ainsi que d'Italie, pour interpeller le ministre du travail et maire de la ville Xavier Bertrand au sujet d'un décret publié par le gouvernement.

Ce décret peut permettre aux patrons de devenir majoritaires au sein du Conseil d'Administration du Fond d'Indemnisation des Victimes de l'Amiante (AFIVA) en donnant au gouvernement le choix du président de ce Conseil.

Si les patrons devenaient majoritaire à sa direction, les acquis quant à l'indemnisation ou au droit à une retraite anticipée pour les travailleurs qui ont été exposés à ce poison pourraient être remis en cause.

Malgré un recul partiel de Xavier Bertrand à propos de la nomination du président, les associations ont maintenu leur appel à manifester à Saint-Quentin et la manifestation a été un succès.

Ondulys - Saint-Quentin (Aisne)

Fin de la grève

Brève
10/10/2011

Les travailleurs d'Ondulys ont repris le travail vendredi dans la matinée après une semaine de grève pour l'augmentation des salaires.

Le patron a refusé toute augmentation, la reportant à l'année 2012 et encore sous condition.

Les salariés ont pu se rendre compte que leur patron se moquait éperdument de leur problème mettant un point d'honneur à ne pas leur céder. Il a même osé dire que ce n'était pas un problème d'argent mais de principe !

Les patrons veulent profiter de la crise pour écraser encore plus les salaires.

Cependant cette grève suivie par l'ensemble du personnel constitue un avertissement pour la direction qui s'est avouée elle-même surprise par la solidarité des salariés entre eux.

Et ce patron méprisant aurait sans doute tort de se réjouir trop tôt en pensant qu'il en a fini avec les réactions des travailleurs.

Oise

Pôle emploi... précaire

Brève
05/10/2011

Dans l'Oise, Pôle Emploi vient d'être condamné par le tribunal des

prud'hommes de Compiègne pour avoir imposé pendant sept ans des

contrats de travail précaires à une de ses employées.

D'abord recrutée en CES en 2003, cette travailleuse avait subi toutes les versions de ce type de « contrats aidés », jusqu'à décrocher un CDD en 2009, avant de se voir signifier un non-renouvellement l'année suivante. Ce qui l'a menée au chômage alors qu'il lui manquait encore 3 ans pour toucher sa retraite à taux plein.

Au moment même où le gouvernement fait de la propagande pour dire qu'il faut faire travailler les séniors !

Le patronat, avec l'aide de l'État, transforme systématiquement le

droit au travail en une voie vers la précarité. Il est urgent de mettre

un coup d'arrêt à ces agissements.

Picardie

Comment des patrons profitent de l'apprentissage

Brève
04/10/2011

Dans la presse, l''élu responsable de la formation à la région a dénoncé l''utilisation des contrats d''apprentissage signés dans la restauration. 25% d'entre eux, signés en juin, étaient rompus par les employeurs à la fin de la saison.

Comme d''autres outils soi-disant mis en place pour lutter contre le chômage, l''apprentissage est bien souvent pour des patrons un moyen d''avoir des salariés payés moins que rien.

Et du coup pour les jeunes et moins jeunes, cela devient l'apprentissage... de l'exploitation et de la nécessité de la combattre.