Hôpital de La Rochelle (Charente-Maritime)

Le Covid, révélateur de la misère

Brève
04/02/2021

Mobilisation à l'hôpital le 30 juin 2020

Alors que la région avait été épargnée jusqu’à fin 2020, depuis mi-janvier des foyers de Covid se sont constitués dans plusieurs services de l’hôpital, avec de nombreux patients gravement atteints. Les services de réanimation se sont retrouvés subitement saturés. Des lits sont ouverts en urgence, et le bureau d’un cadre de santé a même dû être utilisé.

Face aux besoins, le personnel manque cruellement. De nombre de soignants sont eux-mêmes atteints du Covid, les arrêts surchargent de travail le personnel restant et tout cela oblige à reporter des opérations chirurgicales.

Le répit que le Covid a laissé jusqu’ici à la région n’a même pas été mis à profit pour mieux se préparer à l’arrivée attendue du virus. Ce gouvernement, qui réserve « l’argent magique » aux milliardaires et autres marchands d’armes, laisse crever le système de santé.

Article plus complet du journal Lutte ouvrière sous ce lien.

Angoulême (Charente)

Non à la dégradation de l’accueil de la petite enfance et des conditions de travail

Brève
02/02/2021

Une cinquantaine de salariées de la petite enfance ont manifesté ce mardi 2 février devant l’hôtel de ville d’Angoulême, venant de tout le département. Avec une banderole affichant « pas de bébés à la consigne », elles répondaient à un appel national de la fédération des éducatrices de jeunes enfants et d’un collectif local. Le projet gouvernemental prévoit notamment de faire passer à 6 bébés (au lieu de 5 aujourd’hui) la prise en charge par chaque éducateur des enfants qui ne marchent pas – ce qui ingérable quand il faut s’occuper des enfants (par exemple pour les alimenter). La réforme prévoit aussi d’augmenter la possibilité d’accueil en surnombre qui passerait de 10 % actuellement à 15 %). Elle diminue le pourcentage de puéricultrices dans chaque structure par rapport au personnel présent.

En bref, alors que la demande de places d’accueil augmente, le gouvernement diminue les moyens disponibles, au détriment des enfants et au prix d’un alourdissement de la charge de travail des personnels.

Cette attaque sur ce service public comme sur les autres appelle une mobilisation d’ampleur unissant tous les travailleurs de ces secteurs.

Angoulême (Charente)

La culture : une marchandise comme une autre pour les capitalistes

Brève
01/02/2021

Vendredi 29 janvier, le palmarès du festival de BD d’Angoulême était dévoilé mais le festival en lui-même est prévu fin juin. De nombreux auteurs de BD envisagent de le boycotter pour rendre publique leur situation : près de la moitié vivent sous le seuil de pauvreté et nombre d’entre eux touchent le RSA.

Pourtant, comme disent les journalistes, « l’industrie de la BD se porte bien ». Des ventes en progression de 9 % en 2020 malgré le (ou peut-être à cause du) confinement.

Une poignée de grands éditeurs s’enrichissent pendant que ceux qui « produisent » les BD touchent seulement moins de 10 % du prix du livre soit des sommes nettement insuffisantes pour vivre. En bref, une industrie comme une autre où ceux qui possèdent les moyens de production exploitent, toujours plus, des milliers de travailleurs.

Rochefort (Charente-Maritime)

Accident de car mortel : Eiffage mis en examen mais pas encore condamné…

Brève
30/01/2021

En février 2016 à Rochefort, un camion du groupe Eiffage, roulant ridelle gauche ouverte à l’horizontale, sectionnait le côté d'un car scolaire qu'il croisait, tuant six jeunes de 15 à 18 ans ; le camion ne disposait d’aucune alerte d’ouverture de la ridelle.

Le chauffeur du camion avait été immédiatement poursuivi pour homicide involontaire. Mais pour le groupe Eiffage, qui avait évidemment contesté sa responsabilité, il fallut attendre cinq ans pour que l’éventualité de celle-ci soit retenue ! Et d’après le procureur chargé de l’affaire, « il n’est pas sûr » que le groupe se retrouve au tribunal.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » disait Jean de La Fontaine en 1678. Ça n’a pas beaucoup changé !

Lycée hôtelier de La Rochelle (Charente-Maritime)

Débrayage contre les coupes budgétaires

Brève
22/01/2021

Le personnel du lycée hôtelier de La Rochelle a débrayé mercredi 20 janvier contre une suppression massive d’heures de cours à la prochaine rentrée, annoncée par le rectorat, et s’est rassemblé devant le lycée, accompagné d’élèves.

Les arts plastiques, l’allemand et les sciences et technologies de service disparaîtraient de 1re année à la rentrée, puis à terme de toutes les formations.

Le gouvernement, avec ses relais rectoraux, profite décidément de la crise du Covid pour aggraver ses attaques contre les secteurs publics les plus utiles à la population, au moment où ils auraient au contraire besoin de plus de moyens. Le personnel du lycée et ses élèves ont donné la seule réponse qui vaille et restent mobilisés.