ROCHEFORT (CHARENTE-MARITIME)

Clinique privée. Secours publics.

Brève
17/01/2010

Depuis des années les mesures prises par les gouvernements successifs favorisent l'hospitalisation privée tout en minant l'hôpital public. Pourtant, malgré cette politique, le trust qui possède la clinique Kapa a jugé qu'il avait plus à gagner en renvoyant ses salariés à peu de frais.

Des cinquante et quelques salariés de la clinique, dix-huit sont repris peu à peu par l'hôpital sans qu'ils soient licenciés par Kapa... ; seize partent ou sont licenciés, toujours afin d'éviter un plan de licenciements que Kapa ne veut pas payer ; 11 sont payés par l'hôpital en attendant soit, que Kapa juge sa future activité rentable et les reprenne, soit, une reprise par l'hôpital, toujours sans frais pour Kapa. Reste en suspend le reclassement de trois déléguées de SUD dont tout indique qu'elles sont victimes de vengeances patronale et/ou directoriales.

Pour la santé privée c'est toujours : face je gagne ; pile tu perds.

Les dernières brèves