La Rochelle (Charente-Maritime)

Mobilisation victorieuse contre une expulsion

Brève
24/03/2010

Le 19 mars, Tao Shi, étudiant à La Rochelle, a été arrêté à la préfecture alors qu'il se renseignait sur le renouvellement de sa carte de séjour, et illico transféré en centre de rétention à Toulouse. Le 21, sa détention était prolongée de 15 jours, comme le permet maintenant la loi, pour pouvoir organiser son expulsion en Chine.

L'indignation et la mobilisation des étudiants et personnels de l'université poussèrent son président à intervenir auprès du ministère. Des manifestation, prévues tous les soirs devant la préfecture, ont rassemblé 150 à 200 personnes. Avec succès. Mardi 23, l'expulsion fut annulée. Tao Shi pourra terminer sa licence grâce à un titre de séjour provisoire.

Par notre mobilisation, nous avons mis un pieu dans les rouages de la machine infernale de Besson et ses quotas d'expulsions.

Spiral – Périgny (Charente-Maritime)

Licenciements et salaires non payés

Brève
21/03/2010

Louis Petiet, notable UMP de l'Eure et PDG du groupe BKC (Bernard Krief Consulting) avait été présenté par Dominique Bussereau et par Ségolène Royal comme le sauveur d'Heuliez. Il s'est avéré que les 16 millions que cet escroc promettait d'apporter étaient constitués de créances douteuses.

Pourtant, BKC n'en était pas à son coup d'essai. En janvier 2009, le groupe Gema, dont BKC est actionnaire de référence, rachetait pour la « sauver » l'entreprise Spiral, qui produit des amortisseurs en sous-traitance pour PSA et EADS-Sogerma, et réduisait immédiatement son effectif de 68 à 31 salariés. En décembre 2009, le groupe annonçait un nouveau plan de licenciement de 14 personnes. Et en février 2010, les salaires n'ont pas été versés.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Bussereau et Royal ne sont pas regardants quand ils cherchent des « sauveurs ». Quant à Spiral, il faut faire payer BKC et les donneurs d'ordre, PSA et EADS, pour verser les salaires et maintenir les emplois.

Marans (Charente-Maritime)

Sacrifices pour les travailleurs = profits pour les capitalistes

Brève
29/01/2010

L'entreprise Poncin de construction de bateaux haut de gamme à Marans a fait passer son effectif de 600 à 250 travailleurs à la suite de la crise.

Son dirigeant affirme aujourd'hui qu'elle est sur la bonne voie... capitaliste. En effet, ces licenciements et les restrictions imposées aux salariés restants ont permis de dégager fin 2009 un bénéfice net de 6,6 millions d'euros et de rembourser 12 millions d'euros aux banques !

Autrement dit, les seuls qui payent la crise sont ceux qui produisent par leur travail toutes les richesses.

Quant aux capitalistes qui l'ont provoquée au travers de leurs spéculations, ils continuent à s'enrichir.

Il est temps que les travailleurs mettent leur nez dans les comptes de toutes ces entreprises et imposent le partage du travail entre tous sans diminution de salaire.

Cerizay (Deux-Sèvres)

Heuliez : cette obscure clarté..

Brève
22/01/2010

Le feuilleton financier d'Heuliez continue. Le repreneur, BKC, affirme toujours avoir apporté des fonds, qui ne seraient en fait que des titres de créances. Après avoir tout d'abord annoncé l'arrivée de Cherry - un constructeur chinois -, puis celle de Midex - une compagnie de fret aérien des Emirats Arabes Unis -, pour entrer au capital, c'est au tour de la société ID (Initiatives Développement) de faire la tête de l'affiche.

Décidément, pour mettre à jour leurs magouilles, il faudra lever le secret bancaire et commercial !

Poitou-Charentes

Modem : à la soupe !

Brève
19/01/2010

En Poitou-Charentes, le Modem local a finalement accepté la « main tendue » de Ségolène Royal, et a placé cinq de ses notables sur les listes du PS pour les régionales... contre l'avis de François Bayrou. Une nouvelle occasion pour celui-ci de réaliser que ses avis sont d'un poids très relatif par rapport à l'appel de la mangeoire.

Au final, cela ne changera pas grand-chose : comme il n'y a pas grande différence entre les idées du PS et celles du centre droit, bien malin sera celui qui pourra reconnaître un élu socialiste d'un élu Mo-dem.