Charente-Maritime

Cancers à Saint-Rogatien : quels responsables ?

Brève
23/07/2020

Depuis 2008, cinq enfants ou adolescents de Saint-Rogatien (2 000 habitants) ont déclaré une leucémie ou un lymphome. Une jeune de 15 ans en est morte l’an dernier. Une association mes en cause les pesticides utilisés dans les champs voisins et les fumées de l’une usine de bitume voisine.

Pour répondre aux questions légitimes des habitants, il n’existe aucune étude statistique d’envergure qui prenne en compte, à l’échelle nationale, les lieux d’habitation, de travail ou de scolarisation successifs des malades de cancer, la composition des pesticides épandus à proximité de leurs domiciles aux dates où ils y vivaient, la composition des produits utilisés ou rejetés par les usines alentour – protégée par le secret industriel – et la présence de polluants dans l’eau ou l’air.

Ce serait indispensable pour étudier les causes de cancers. Mais cela nécessiterait d’enfreindre le sacro-saint secret industriel qui protège les pollueurs. Une impossibilité dans cette société qui obéit à la loi du profit.

Article complet du journal Lutte ouvrière sous ce lien.

Angoulême (Charente)

Les salariés de Castorama en grève pour leur prime d’intéressement

Brève
23/07/2020

Lundi 20 juillet, une quarantaine d’employés du magasin Castorama se sont mis en grève. Ils s’opposent à ce que leur prime d’intéressement soit divisée par quatre, 900 euros au lieu de 3 600 ! Cette prime calculée sur le salaire annuel se montait à 2,4 mois de salaire et est ramenée à 0,6 !

Ils dénoncent un « hold-up » de l’employeur, alors même que le magasin n’avait pas fermé pendant le confinement et avait fait de bonnes affaires.

Les employés ont plus que raison de lutter contre cette baisse de leur rémunération, qui est, de façon inadmissible, dans l’air du temps patronal.

Et pour éviter les aléas sur cette prime, autant vaudrait l’intégrer au salaire, à son niveau le plus élevé possible.

Châtellerault (Vienne)

Les attaques patronales continuent !

Brève
17/07/2020

242 licenciement sont annoncés chez Mecafi à Châtellerault soit la moitié du personnel de cette entreprise de l’aéronautique. Après le chômage partiel, ce sale coup s'ajoute à ceux subis par les Fonderies du Poitou, Valéo, Magneti-Marelli.

La direction de Mecafi a réuni les salariés par groupes de 20 pour leur expliquer que c'était la faute à Boeing et bien sûr au Covid-19. L'élu local macroniste s'est alors plaint d'avoir accordé 10 millions d'euros à Mecafi et envisage de lui réclamer des comptes. Mais arroser le patronat, c'est toujours à fonds perdus.

Les seuls qui ne perdent rien dans cette crise, ce sont les actionnaires, dont les fortunes restent à l'abri et se placent là où ça rapporte. Les salariés privés de leurs emplois n'ont pas ce choix.

Fonderie du Poitou Fonte, Ingrandes-sur-Vienne (Vienne)

Un député chahuté et dépité !

Brève
06/07/2020

C’est de pied ferme que les grévistes de la fonderie du Poitou fonte attendaient le député macroniste de la Vienne, Turquois, à leur rassemblement devant l’usine. En colère, les fondeurs à Ingrandes redoutent une fermeture de leur site, un peu plus d'un an après sa reprise par le groupe Liberty du milliardaire anglo-indien Gupta, et des mois d’activité au ralenti. Le directeur du site est même intervenu pour tenter d’apaiser le climat et proposer des pseudo-solutions qui visent à étaler une éventuelle production sur quelques mois supplémentaires pour janvier et février 2021.

Pendant une heure et demie, le député a tenté de se faire entendre : « Tu parles tout le temps, nous on travaille ! » « Vous nous avez emmenés avec un groupe de merde, vous êtes responsable de cette politique de merde. » « On veut savoir si on va fermer ! ». Interpellé, il a même répondu a un ouvrier : « Je n'ai pas quitté en douce la réunion du comité de suivi à la préfecture parce que j'avais piscine ! J’avais un bail à signer pour l’appart de ma fille, j’ai une famille, je ne suis pas que député ». Mais les travailleurs ont aussi des familles et le lui ont fait savoir, il a dû ravaler sa morgue et rester bouche bée et bras ballants devant la colère des fondeurs !

Il a enfin tenté de prôner, sans convaincre, qu’il fallait un « dialogue apaisé », et que « Le diesel c’est terminé, la seule solution passe par une reconversion totale ou partielle du site ». « Pour réussir, l'actionnaire Liberty doit mettre clairement les moyens à la hauteur des enjeux et cela n'a pas été suffisamment fait jusque-là ».

Peine perdue pour ce baratineur perçu par les grévistes comme le VRP local des intérêts patronaux et sûrement pas comme leur sauveur !

Cenon-sur-Vienne (Vienne)

Fenwick : Main d'œuvre à disposition !

Brève
03/07/2020

Sous prétexte de commandes à rattraper et de retards dus au confinement Covid, c'est production plein pot chez Fenwick à Cenon. Les patrons doivent mettre en place des équipes de week-end et font appel à des volontaires des Fonderies du Poitou Fonte, actuellement au chômage. Une nouvelle combine pour trouver de la main d’œuvre facile à embaucher et à renvoyer, sans même les compensations de précarité à payer aux intérimaires, quelle aubaine pour les patrons !
Ils fourmillent d'idées pour transformer un maximum d'ouvriers en nomades de l'industrie, transportables d'une usine à l'autre, d'une région à l'autre, d'un pays à l'autre même, en fonction de leurs besoins du moment. Mais pour nos besoins, à nous les travailleurs, ce qu'il faudra leur imposer, c'est un emploi et un salaire pour tous, là où on vit.