Charente

Macron à Angoulême, les bulles et les ronds…

Brève
30/01/2020

Jeudi 30 janvier, Macron a passé la journée dans la ville où se tient le festival de la bande dessinée, quadrillée par les forces de gendarmerie lourdement équipées.
Le plat de résistance de la journée était néanmoins, en compagnie de Bruno Lemaire, l’inauguration à Nersac d’un site industriel où va se construire une nouvelle usine Saft, dévolue à Total, fabriquant des batteries de haute technologie, baptisée « l’airbus des batteries ». C’est que cette usine est financée par des fonds de différents États européens et des subventions de la région Aquitaine, entre autres collectivités. Mais c’est Total – dont le PDG était présent – ou encore PSA qui vont en bénéficier. Comme si ces firmes capitalistes ne pouvaient financer leurs investissements !
Plus de trois milliards d’euros vont être déversés par sept pays européens, dont 700 millions d’euros par la France. Comme si tout cet argent ne serait pas plus utilement consacré à des investissements dans le secteur public, comme les hôpitaux, les écoles, ou le logement !
Le reste de la journée, Macron a fait le show devant des auditoires très choisis, mais sans effacer la révolte qui gronde parmi les artistes de la BD réduits à vivre dans la misère (à Angoulême, les trois quarts d’entre eux sont au RSA) tandis que les éditeurs profitent de leur travail. Les auteurs de BD manifestent ce vendredi 31 janvier en centre-ville.
Les bulles passent, le vent de ses discours aussi, les milliards aux capitalistes restent.

Charente

Chômage : toujours aussi haut

Brève
30/01/2020

Les membres du gouvernement et les députés de la majorité se félicitent bruyamment de la baisse du chômage. Que cela corresponde à une réelle embellie sur le marché de l’emploi reste à démontrer. D’une part, il semble toujours aussi difficile de trouver un véritable emploi et d’autre part, les gouvernements nous ont habitués à divers tripatouillages statistiques voire simplement des radiations de chômeurs.

Mais même les chiffres officiels remettent en cause l’optimisme béat des députés de la majorité. En Charente, il y a aujourd’hui 29 830 demandeurs d’emploi (catégories A, B et C). C’est effectivement 1 210 de moins qu'en 2018. Mais en 2009, il y en avait 22 250.

L’augmentation du chômage et sa persistance sont des fléaux pour les classes populaires qui ne pourront être combattus qu’en interdisant les licenciements et en imposant la répartition du travail entre tous.

La Rochelle (Charente-Maritime)

Les manifestants s’invitent aux vœux du maire

Brève
16/01/2020

Jeudi 16 janvier, c'est un bon millier de manifestants qui se sont invités aux vœux que le maire de la Rochelle devait présenter aux « acteurs économiques » de la communauté d'agglomération.

Lorsque ces messieurs les chefs d'entreprise sont arrivés, ils se sont retrouvés dans la foule joyeuse des grévistes, cheminots, enseignants, retraités, qui avaient déjà vidé une bonne partie des bouteilles prévues pour l'occasion.

Une manière comme une autre de veiller à ce que nos impôts soient pour une fois bien utilisés, disaient certains. Et pour tous, une action réussie, dans la bonne humeur, face à un maire soutenu par Macron, qui est lui même un des plus gros patrons de la ville.

Angoulême (Charente)

Les salariés de la clinique privée Saint-Joseph en grève

Brève
13/01/2020

Votée à mains levées en fin de semaine, la grève des agents, aide-soignantes, infirmières de la clinique privée Saint-Joseph a commencé lundi 13. La plupart se sont rassemblés devant l’entrée, salués par les klaxons des bus de ville et parfois des automobilistes. Première grève dans cet établissement centenaire qui a été vendu par une famille patronale à la chaîne de cliniques Vivalto, troisième groupe d’hospitalisation privée, propriétaire de 34 cliniques.

Tous les soignants sont à juste titre révoltés par des « salaires de misère », inférieurs à ceux de l’hôpital public ou celui d’un centre clinical proche. Ils réclament une hausse de salaire de 300 euros, un treizième mois. Et aussi des travaux d’entretien indispensables.

Certains médecins sont venus saluer les grévistes. La direction, elle, esquive les revendications. Et met le mécontentement sur le compte du « contexte social actuel qui a joué un rôle ».

Eh oui, le climat (social) chauffe aussi !

SNCF (La Rochelle – Charente-Maritime)

Ligne Bordeaux-Nantes : de mal en pis

Brève
08/01/2020

Lundi 6 janvier, le tronçon La Rochelle – La Roche-sur-Yon a fermé pour travaux, pour une durée annoncée de 17 mois. Le défaut d’entretien et le sous-investissement depuis des décennies sont à l’origine de cette longue fermeture. On pourrait cependant penser « il était temps », tant la ligne s’était dégradée, les trains mettant 2 h pour parcourir les 100 km séparant ces deux villes, et 5 h pour joindre Nantes à Bordeaux.

Mais ces travaux, loin de rétablir la ligne dans son état d’il y a 40 ans, vont commencer par remplacer les deux voies par une voie unique, ne permettant qu’un flux limité de trains – seules deux zones de croisement seront prévues – et ceci par souci d’économie.

Et puis les 150 millions d’euros de travaux annoncés sont entièrement financés sur fonds publics (État et collectivités), alors qu’il est déjà prévu que la ligne rénovée sera ouverte à la concurrence, donc aux profits privés.

Il y a 15 ans, cette ligne était encore un tronçon d’une ligne directe Quimper-Menton via Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, sur laquelle un train de nuit permettait de s’endormir à Nantes et se réveiller à Nice. Même quand l’État et la SNCF se vantent de grands travaux, c’est pour régresser.