Angoulême (Charente)

Laiterie Savencia : en grève !

Brève
20/11/2018

Mardi 20 novembre, les 42 travailleurs de la laiterie de Claix sont en grève contre la fermeture de l’usine. Celle-ci est programmée pour le premier semestre 2019.

La multinationale Savencia veut supprimer 196 emplois en France afin d’accroître la rentabilité du groupe.

Les travailleurs de la laiterie de Claix ont raison de se battre.

Assez de licenciements ! Interdisons-les et partageons le travail avec maintien du salaire.

Angoulême (Charente)

Train : pas d’argent pour la ligne Angoulême-Limoges

Brève
14/11/2018

La ligne au franchissement de la Vienne

Depuis des mois la ligne entre les deux villes-préfectures Limoges et Angoulême est interrompue ; l’état des voies, insuffisamment entretenues depuis des dizaines d’années, ne permet plus le trafic.

Le préfet de région vient de réunir les élus : rien ne sera fait ! La SNCF estime à 150 millions d’euros le montant des travaux nécessaires. Ni l’État, ni la région ne veulent débourser de fonds.

Alors, il ne reste plus aux voyageurs qu’à prendre le bus et à allonger le temps de parcours. Quant au transport du fret, il se fait par des hordes de camions circulant sur cet itinéraire est-ouest surchargé.

Ça pue et ça pollue, ça occasionne des accidents graves ? Qu’importe pour l’État qui réserve ses millions aux capitalistes.

Fonderies du Poitou (Ingrandes-sur-Vienne, 86)

Fondeurs en grève vendredi 9 novembre

Brève
06/11/2018

Les organisations syndicales des Fonderies appellent l'ensemble des travailleurs à 24 heures de grève le vendredi 9 novembre avec un rassemblement à partir de 9h00.

La rencontre la semaine dernière avec le spécialiste des « restructurations » du ministère de l’Économie a accouché d'un rendez-vous avec le ministre Le Maire pour le 28 novembre. De toute évidence il sera surtout question des gros sous que nos patrons vont encore récolter pour leurs sales coups. Le délégué du ministre a déjà félicité la Fonte pour avoir pris de bonnes mesures – c'est-à-dire prévu de licencier – et ajouté que l'Alu devrait aussi songer à réduire les effectifs. Et avec ça la Région serait prête à leur offrir plusieurs millions d'euros. Tous ces serviteurs des patrons nous soutiennent comme la corde soutient le pendu.

Nous devons tous montrer que nous ne sommes pas prêts à accepter de nous laisser licencier ou de voir nos conditions de travail dégradées pour le maintien des profits. Fondeurs de l'Alu ou de la Fonte, CDI ou intérimaires, affirmons tous ensemble notre volonté de nous défendre collectivement.

Hôpital de Niort (Deux-Sèvres)

Six semaines de grève pour des embauches

Brève
26/10/2018

Le piquet de grève devant l'hôpital de Niort

Le personnel des services psychiatriques de l’Hôpital de Niort, rejoint par des personnels d’autres services, poursuit la grève entamée fin août.

L’insuffisance de personnel est chronique depuis longtemps mais pendant la période de l’été cela a passé les bornes. Et la colère a éclaté. Grève reconductible, banderoles étalées aux abords de l’hôpital, tentes dressées à l’entrée pour le piquet de grève. Depuis, le personnel est toujours mobilisé pour obtenir 50 postes supplémentaires et l’embauche des CDD. Les grévistes dénoncent les conditions de travail intenables et un niveau d’effectif inférieur aux normes pour la sécurité des patients.

Les grévistes sont bien conscients que leurs problème rejoignent ceux des autres hôpitaux et de l’ensemble des personnels hospitaliers. Et ils savent que ce qui est déterminant, c’est le rapport de force.

Fonderies du Poitou (Ingrandes-sur-Vienne, 86)

Fondeurs, tous ensemble le 9 novembre !

Brève
22/10/2018

Les travailleurs des Fonderies du Poitou dans la manifestation du 9 octobre 2018

Un appel syndical à faire grève pour la journée du 9 novembre a été lancé pour que nous puissions nous retrouver tous ensemble, nombreux, de la fonderie Fonte comme celle de l'Alu, à faire face à nos patrons et au principal donneur d'ordre, Renault.

Car eux s'entendent comme larrons en foire pour nous lanterner, reculer les échéances, nous mener de discussions en discussions sur d'hypothétiques commandes sans nous proposer rien de concret depuis des mois, sinon les arrêts d'activité à répétition à la Fonte, maintenant, l'annonce des licenciements, et l'inquiétude pour tout le monde.

Nous avons déjà fait entendre notre colère à deux reprises ces dernières semaines, il faut qu'ils nous entendent encore plus fort. Syndiqués ou pas, intérimaires ou en CDI, quel que soit notre poste de travail, nous avons tous en face les mêmes adversaires. Ils sont prêts à nous priver de nos moyens d'existence pour que les actionnaires qu'ils servent continuent à engranger les profits. Ne nous laissons pas dépouiller !