Menaces de fermeture de l'usine Delphi de Périgny

Communiqué
26/09/2014

La direction du sous-traitant automobile, qui produit des injecteurs sur son site de Périgny (350 salariés), refuse de démentir les rumeurs de fermeture de l'usine en 2016. Elle fait peut-être le calcul qu'entretenir la rumeur l'aidera à trouver des volontaires pour son plan de départs (66 à ce jour), qui succède à un plan social de 30 salariés en 2010. Jouer ainsi avec les angoisses des travailleurs est odieux, et ajouter des chômeurs aux chômeurs est infâme.

Les salariés ne sont pas aidés par le maire de Périgny, Guy Denier, qui selon Sud-Ouest, refuse de révéler le contenu de ses discussions avec la direction. Les salariés ont pourtant le droit de savoir ! Quant au député Falorni, il les soutient comme la corde soutient le pendu : il s'en remet au ministre de l'économie, l'ex-banquier d'affaire Macron, pour empêcher la fermeture !

Face aux projets de la direction, il faut défendre l'interdiction des licenciements. La multinationale Delphi, qui exploite 100 000 travailleurs dans le monde pour des profits atteignant 700 millions de dollars au 1er semestre 2014 - en hausse de 9 % sur un an -, a de quoi payer le maintien de tous ses salariés jusqu'à leur retraite.

Antoine COLIN