Lycée professionnel Marc Seguin - Vénissieux

Du discours à la réalité

Brève
19/10/2021

Une grève au LEP Marc Seguin en 2017

     Lundi 18 octobre, la quasi totalité des enseignants du LEP Marc Seguin ont fait grève pour dénoncer les classes surchargées et la multiplication des incidents. Ils réclament aussi l'embauche de personnel de vie scolaire pour mieux s'occuper des élèves.

     Alors que le gouvernement et son ministre de l'Education Blanquer se targuent de mettre l'élève au centre de leurs préoccupations, les enseignants de Seguin rappellent les conséquences graves de leur politique. Enseignants et élèves de milieux populaires sont légitimes à avoir des conditions de travail dignes pour tous.

Agglomération de Grenoble

L'Etat de droit...de tous les droits du Préfet

Brève
17/10/2021

Des Atsem au rassemblement du congrès des maires

Samedi 16 octobre, à l'occasion du congrès des maires de l'Isère, plusieurs dizaines d'agents communaux soutenus par des militants CGT, CFDT et Solidaires avaient décidé d'interpeller les élus en distribuant un tract. Ils protestaient ainsi contre le vol de leurs jours de congé dans le cadre des 1607 heures imposées par la loi. 

Mais à 7h30, pour diffuser un tract, personne ne s'attendait à  être accueilli par des escadrons de CRS, envoyé par le Préfet avec ordre de quadriller toute la place en refoulant les manifestants. 

Belle démonstration de la démocratie républicaine quand il s'agit de faire taire des travailleurs qui défendent leurs acquis.

Région Rhône-Alpes

Commémoration du 17 octobre 1961

Brève
14/10/2021

     Ce jour-là, alors que l’armée française menait sa sale guerre coloniale contre le peuple algérien en lutte pour son indépendance, des centaines de manifestants algériens pacifiques furent matraqués, massacrés par la police parisienne. Il y a eu 11 000 arrestations et entre 100 et 200 morts, dont beaucoup noyés dans la Seine, sous les ordres du préfet Papon, qui s’était déjà illustré sous l’occupation allemande en faisant déporter les Juifs de Gironde.

     Ni pardon, ni oubli pour ce crime d’Etat, ainsi que pour tous les crimes commis par l’impérialisme français dans ses sales guerres coloniales.

     Des rendez-vous sont prévus dans plusieurs villes pour rappeler cette manifestation, dont c’est le 60ème anniversaire :

     à Grenoble dimanche 17 octobre à 11h Place Edmond Arnaud

     à Saint-Fons dimanche 17 octobre à 10h30 devant la stèle Allée des Platanes

     à Vénissieux dimanche 17 octobre à 11h devant la stèle Parc Louis Dupic

Site Arkema – Pierre-Bénite (Rhône)

Kemira jette 13 travailleurs à la rue

Brève
11/10/2021

Les grévistes de Kemira en octobre 2021

     Les travailleurs de Kemira, installés sur le site Arkema, ont appris vendredi 1er octobre la décision de leur patron de fermer cette unité de production. Les installations, spécialisées dans la fabrication de produits de traitements des eaux, avaient été vendues en 2007 par Arkema, qui ne les trouvait pas assez rentables et n’était surtout pas intéressé par cette production marginale pour lui. Cette décision, qui réduit au chômage les treize travailleurs de l’usine, a provoqué la colère, autant par sa brutalité que par ses conditions – indemnités de licenciement au minimum légal.

     Jeudi 7 octobre, ils ont tous fait grève et se sont adressés aux travailleurs d’Arkema du site. Les discussions et les marques de sympathie ont été nombreuses, ce qui les a confortés dans leur volonté de s’opposer à ce mauvais coup. Ils réclament une augmentation substantielle des indemnités de licenciement, mais surtout en priorité leur reclassement chez Arkema ou sur un autre site de la vallée de la chimie. Perdre son emploi aujourd’hui, de plus avec une famille à nourrir, c’est souvent se retrouver dans la précarité ou retrouver un emploi avec un salaire la plupart du temps bien inférieur.

     La grève du 7 octobre a permis d’obtenir une augmentation, insuffisante, de la prime de licenciement. C’est un encouragement à continuer. D’autres actions et rassemblements sont prévus dans les jours qui viennent.

Médiathèques - Saint-Étienne

Le tri des ados ne passe pas

Brève
02/10/2021

Des agents des médiathèques de Saint-Étienne refusent le passe sanitaire pour les jeunes de 12 à 17 ans. D'abord par petits groupes, puis à 35 à la pause de midi le 1er octobre, ils se sont réunis pour discuter de ce passe, mais aussi des salaires bloqués depuis 10 ans, du vol de congés, et pour préparer la mobilisation. Plusieurs d'entre eux ont fait grève et sont allés devant les médiathèques expliquer au public que le passe remet en cause le principe d'une médiathèque ouverte à toutes et tous. L'accueil a été très bon, et une pétition bien signée.

Plusieurs prévoient aussi de faire grève le 5 octobre, conscients de la nécessité de manifester, avec l'ensemble des autres travailleurs, face aux attaques qui se multiplient. Rendez-vous est pris pour les prochains jours pour poursuivre la mobilisation !