Renault Trucks

En Suède aussi, les travailleurs refusent de payer la crise

Brève
19/05/2009

Volvo Group, qui fabrique des camions et des bus, multiplie les plans sociaux depuis l'automne. Il y a déjà eu 11 000 suppressions d'emplois parmi ses employés, intérimaires et consultants. En France, dans les usines Renault Trucks de Vénissieux-St-Priest, Bourg-en-Bresse et Blainville, ce sont 2 000 intérimaires qui ont été licenciés. Et pour ceux qui restent, les jours de chômage technique se multiplient.

Il est prévu de supprimer encore 10 000 emplois. En France, après les intérimaires, ce pourrait être le tour des travailleurs en CDI, ce qui bien sûr les inquiète.

Mais en Suède non plus, les travailleurs ne sont pas prêts à accepter des suppressions d'emplois sans réagir. Le directeur général de Volvo, Leif Johansson, s'est fait huer lors d'une visite à l'usine de Tuve à Göteborg, d'après l'AFP. Les travailleurs qui manifestaient criaient : "4 milliards, 10 000 emplois", car les 4 milliards de couronnes (environ 370 millions d'euros) versés aux actionnaires en 2008, auraient permis de payer les 10 000 salariés menacés de licenciement.

Les ventes de poids lourds ont chuté brutalement, mais l'argent existe qui permettrait de sauver les emplois, et c'est un objectif pour les travailleurs suédois

Les dernières brèves