Isère - Rhône

Non à la poursuite de la privatisation aux VFD

Brève
05/12/2006

Depuis mardi 28 novembre, les travailleurs des cars VFD (qui, avec 660 salariés, assurent le transport des voyageurs sur la majorité des lignes régulières de l'Isère et en partie du Rhône) sont en grève à 75 à 90%, suivant les dépôts. Ils refusent le passage au privé de plusieurs lignes de bus autour de Grenoble, ce qui menacerait 90 emplois dans l'agglomération.

En février 2005, la majorité PS du Conseil Général de l'Isère et les Verts avaient voté la transformation de la Régie VFD (100% publique) en une Société d'économie mixte avec 85% de financements publics. Les salariés avaient alors fait grève pour montrer leur désaccord. Depuis, des avantages acquis ont été retirés aux nouveaux embauchés. Et maintenant commence à se concrétiser le démantèlement par dépôt et par ligne de VFD, car chaque collectivité locale peut désormais lancer un appel d'offres pour réattribuer les lignes sous sa tutelle au plus offrant. Sur les lignes qui passeront au privé il risque d'y avoir des licenciements, la précarisation du contrat de travail et des baisses de coûts sur le dos des salariés pour emporter les appels d'offres.

Il risque aussi d'y avoir des suppressions de lignes et une dégradation du service rendu aux usagers. C'est pourquoi les grévistes s'adressent à eux par tracts et pétitions. Et ils interpellent les élus en dénonçant cette politique qui consiste à faire des cadeaux au privé avec l'argent des contribuables et la dégradation des services publics.