Lyon

Urgences en grève pour les effectifs

Brève
02/12/2008

La grève du personnel des urgences du pavillon N, à l'hôpital Edouard Herriot, se poursuit depuis le 8 décembre. Elle est suivie par la quasi-totalité des hospitaliers, toutes catégories confondues, qui assurent le service minimum.

Les grévistes de N en ont assez de travailler de manière quasi-permanente en sous-effectifs. Ils demandent les postes qui leur permettraient d'assurer la sécurité des patients et de leur prodiguer les soins et l'attention qu'ils sont en droit d'attendre.

La grève est reconduite tous les jours en assemblée générale et les actions se sont multipliées : rencontres avec la direction locale, le directeur général adjoint des HCL, manifestations... Mais pour l'instant la direction refuse d'embaucher, sous prétexte que l'hôpital a 120 millions de déficit, et elle propose au personnel de mieux s'organiser !

Dans tous les hôpitaux publics, les effectifs sont insuffisants, ce qui n'empêche pas de continuer à supprimer des postes, comme au CHU de Saint-Etienne où 500 suppressions sont prévues, avec des fermetures de lits. Le gouvernement trouve des centaines de milliards pour les banques. Pourtant il faudrait bien moins que ça pour conserver les postes existants et pour former les chômeurs qui pourraient occuper les milliers de postes manquants dans les hôpitaux.

Les dernières brèves