Grève de 1948 – Saint-Étienne

Justice pour les mineurs… 72 ans après

Brève
06/10/2020

Obsèques d'Antonin Barbier, mineur gréviste tué par les CRS en 1948

La justice bourgeoise sait reconnaître ses torts, mais elle prend son temps : elle vient de reconnaître que la répression de la grève des mineurs, en 1948 était "abusive". Cette répression sous le ministère du socialiste Jules Moch avait fait deux morts, des centaines d'emprisonnés et des dizaines de révoqués dans la région stéphanoise.

Juste après la Seconde guerre mondiale, la vie restait dure pour les travailleurs. Mais jusqu'en 1947, le PC et la CGT appelaient à « produire, produire, produire », en particulier dans les mines, dénonçant les grèves comme « l'arme des trusts ». Ils participaient au gouvernement avec la droite et les socialistes. Ils ont attendu la fin 1947, après avoir été chassés du gouvernement, pour appeler à des grèves, parfois très dures, comme celle des mineurs.

Cet épisode rappelle que les dirigeants bourgeois, qu'ils soient socialistes ou autres, sont prêts à tout pour sauvegarder l'ordre capitaliste.

Groupement Hospitalier Est - Lyon

Economies sur le dos des travailleurs

Brève
01/10/2020

     La privatisation du nettoyage de trois services supplémentaires en pédiatrie est prévue pour janvier prochain : huit agents se retrouvent menacés de reclassement tandis que huit autres, contractuels, s’inquiètent de leur avenir.  ­­­Il y a 10 ans la direction générale des HCL avait fait ses calculs et prévoyait par ce biais 20 % d’économies dans ce secteur.

     Lors de la précédente vague de privatisations, il y a 10 ans, des contractuels avaient été licenciés et les agents titulaires avaient dû changer de poste et s’adapter à de nouveaux horaires, à de nouvelles conditions de travail.

     Pour les salariés de GSF, l’entreprise qui a obtenu le marché, c’est précarité, temps partiel imposé, manque de formation,  bas salaires…

     Covid ou pas, on voit que les politiques gouvernementales d’économies sur le dos des services utiles à la population et des travailleurs qui y travaillent, continuent, toujours fidèlement appliquées par la direction des Hospices Civils de Lyon.

Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes

Wauquiez subventionne un ex-phalangiste libanais

Brève
29/09/2020

Laurent Wauquiez et Fouad Abou Nader

Le journal Mediapart révèle que le président LR de la région Auvergne-Rhône Alpes vient de verser deux subventions à l’ONG Nawraj basée au Liban pour un total de 106 000€, au prétexte de la reconstruction du pays après l’explosion de l’été. Fondée en 2010, cette ONG se présente comme ayant « pour principal but de préserver et consolider la présence ainsi que le rôle de la communauté chrétienne dans le pays ». Elle est dirigée par un certain Fouad Abou Nader qui était chef d’état-major des Forces libanaises lors du massacre des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982 et qui a donc une responsabilité directe dans des centaines de morts.

Mediapart rapporte encore les liens étroits entre cette ONG libanaise et l'association Chrétiens d'Orient, notoirement d'extrême-droite. Laurent Wauquiez n'est visiblement pas gêné de dépenser de l'argent public pour financer des meurtriers d’extrême droite...

SNCF – Oullins (Rhône)

Les empoisonneurs en Prudhommes

Brève
28/09/2020

Liste des salariés plaignants des ateliers SNCF d'Oullins

     Lundi 28 septembre, au Conseil des Prudhommes de Lyon, avait lieu l’audience du bureau de conciliation pour les plaintes pour préjudice d’anxiété déposées par 183 cheminots et autres salariés d’entreprises extérieures ayant travaillé aux ex-Ateliers SNCF d’Oullins.

     Dans ces ateliers, l’amiante était travaillé dans presque tous les bâtiments, et tous les métiers de production y étaient confrontés, tant sur les pièces de locomotives que sur les pièces électriques. Car l’amiante y servait d’isolant électrique ou thermique. Beaucoup de cheminots sont tombés malades : à ce jour on compte 15 décès et 25 ont contracté des cancers ou d’autres maladies.

     Après plusieurs manifestations dans l’établissement (rassemblements, débrayages, droits d’alerte…) contre l’utilisation de ce poison, les plaignants demandent donc maintenant réparation. Or plus de 20 ans après son interdiction il est toujours présent sur la plupart des locomotives, sauf les plus récentes.

     Après cette première audience, la procédure va suivre son cours et c’est seulement à l’automne 2021 qu’une audience pourrait alors avoir lieu. Mais malgré la lenteur, bien des cheminots, inquiets pour leur santé, ne veulent pas laisser passer comme si de rien n’était.

Migrants – Saint-Étienne

Une situation indigne

Brève
28/09/2020

Poste Solaure

     Depuis plusieurs mois, une quarantaine de personnes, en demande d'asile en majorité et dont des enfants scolarisés, squattent l'ancienne Poste de Solaure, faute de mieux, et alors que Saint-Étienne regorge de logements vides. Le Tribunal Administratif de Lyon vient, jeudi 24 septembre, d'ordonner leur départ immédiat… sans aucune solution de rechange. Ils ont déjà été en butte à des mesures iniques, comme des coupures d'eau, et seraient à la rue sans les associations qui leur viennent en aide.

     Et n'oublions pas, il y a quelques mois, ces familles roms – dont là encore de nombreux enfants – obligées de vivre sous tente au parc Couriot, expulsées par la police nationale le matin et réinstallées par la police municipale le soir pour éviter qu'elles ne squattent la place de l'Hôtel de ville…

Saint-Étienne serait, selon le réseau Unicef auquel elle appartient, "amie des enfants". Il faut croire que cela dépend d'où ils viennent…