Hôpital Lyon-Sud (Hospices Civils de Lyon)

Propager le virus de la lutte

Brève
10/07/2019

     En avril, comme beaucoup de services d’urgences, les urgences de l’hôpital ont rejoint le mouvement de grève commencé à Paris. Aujourd’hui, la grève s’est étendue à de nombreux services, en particulier en Réanimation et au chirurgical. Car les difficultés rencontrées par les soignants sont les mêmes partout dans les services.

     Augmentation des salaires de 300 euros, une hausse de la prime de nuit (actuellement de seulement 9 euros pour 10h de travail de nuit) et des créations de postes sont les revendications principales des grévistes qui maintiennent les initiatives pour se faire voir et entendre : distribution de tracts au personnel et aux usagers, manifestations devant et à l’intérieur de l’hôpital.

     Actuellement 25 services se déclarent en grève, soit environ les trois-quarts de l’hôpital. Malgré un taux de réquisition de 90%, les soignants continuent leur mouvement, conscients qu’il n’y a que comme cela qu’ils pourront se faire entendre.

 

Ouest lyonnais – Fret SNCF

Et après ils osent parler d’écologie…

Brève
10/07/2019

     SNCF Réseau a décidé de fermer en janvier 2020 la ligne de fret ferroviaire desservant la carrière de ballast exploitée par le groupe Lafarge près de Saint-Foy-L'Argentière. Depuis des années, cette ligne qui ne transporte plus de voyageurs depuis très longtemps, manque d'entretien. Elle permet pourtant d’éviter le passage de près de 10 000 camions par an, dans une vallée de la Brévenne déjà saturée de véhicules, voitures et poids-lourds. Voilà où aboutit la recherche effrénée d'économies : à transporter du ballast destiné aux voies ferrées… par camions !

     L’Etat et la SNCF sont bien sûrs responsables de ces décisions totalement irrationnelles pour l'intérêt collectif. Mais c’est aussi à Lafarge qu’il faudrait demander des comptes : pendant des décennies, ce type de grand groupe industriel a profité des bas prix du fret SNCF. Ces grands groupes font d’immenses profits : c’est là qu’il faudrait puiser pour entretenir les infrastructures. Pour cela, et pour empêcher la fermeture de la ligne, les travailleurs et la population devront compter sur leurs propres forces, comme ont commencé à le faire les habitants de la vallée de la Brévenne qui se mobilisent.

  

 

Chambéry

Expulsion meurtrière

Brève
08/07/2019

Une manifestation contre les expulsions locatives

     À Chambéry, un homme est mort lors de son expulsion musclée de son logement par la police. Les policiers se sont défendus en disant qu’il était énervé, mais quoi de plus normal pour un père qui se voit expulsé avec sa femme et ses quatre enfants ? Les voisins avaient pourtant prévenu les policiers de sa santé fragile.

     Des méthodes brutales pour une société inhumaine.

 

Sans-papiers - Agglomération de Grenoble

On bosse ici, on vit ici, on reste ici !

Brève
03/07/2019

C'est ce qu'ont scandé, mardi 2 juillet, devant la préfecture de Grenoble les personnes rassemblées à l'appel de la CGT des Travailleurs Sans-Papiers, pour dénoncer la politique de l'Etat vis-à-vis des travailleurs en situation irrégulière.

Le préfet, aux ordres du gouvernement Macron, refuse quasi systématiquement de les régulariser, émettant des Obligations de Quitter le Territoire, alors qu'ils sont en France parfois depuis de très nombreuses années, qu'ils travaillent, et qu'ils ont des promesses d'embauche officielles.

Derrière les chiffres et les quotas que mettent en avant les politiciens, il y a des hommes et des femmes qui doivent vivre dans une précarité constante et dans la peur, subissant la rapacité d'employeurs sans scrupules.

Mobilisons-nous devant ce terrible mépris, sans nous laisser diviser, pour augmenter la pression sur la préfecture.

Wauquiez et les fermetures de guichets

Un moratoire en trompe l’œil

Brève
03/07/2019

     Wauquiez, président de la région et la SNCF ont suspendu pour trois mois la fermeture des guichets des gares. C'est le résultat de la mobilisation des cheminots et des usagers, en Haute-Loire entre autres, fief de Wauquiez.

     En 2019/2020, 17 fermetures supplémentaires sont programmées. La SNCF et la Région, qui finance les TER, veulent économiser toujours plus aux dépens des travailleurs et des voyageurs. Ainsi, quand un directeur SNCF a annoncé aux employés la fermeture de la boutique Vitton (la dernière de l'agglomération lyonnaise), il a dû passer au milieu des nombreux clients. Il y a bien souvent deux heures d'attente.

     Ce moratoire doit permettre, selon Wauquiez, « d'arrêter de faire des fermetures qui ne sont pas concertées ». Ce n'est pas l'arrêt de l'hémorragie. Si Wauquiez est d'accord, il y aura fermeture. Il approuve d'ailleurs la suppression des agents sur les quais. Les travailleurs et les usagers ne peuvent pas compter sur ce politicien en mal de popularité après la claque des européennes. Ils devront poursuivre leurs mobilisations et chercher à les étendre.