Portes-lès-Valence (Drôme)

Non aux 24 licenciements chez Gascheau

Brève
02/08/2012

Prétextant un carnet de commande vide, le Directeur Général de l'entreprise de BTP Gascheau, qui possède plusieurs agences en France, a décidé de fermer son entreprise de Portes-lès- Valence fin septembre, licenciant ainsi 24 travailleurs. En grève depuis le 24 juillet, ces derniers refusent d'être sacrifiés au nom de la crise économique. En plus des indemnités légales de licenciement, ils réclament une somme correspondant à 2 ans de salaires. Une revendication plus que légitime car si le BTP va mal, ce n'est sûrement pas de leur faute.

La Tronche (agglomération de Grenoble)

Encore un camp de Roms évacué

Brève
01/08/2012

Jeudi 26 juillet, la police a évacué manu militari un camp de Roms, détruisant caravanes et véhicules, sans même leur laisser la possibilité de récupérer toutes leurs affaires.

Plusieurs dizaines de familles, dont des enfants scolarisés, vivaient là dans des abris de fortune depuis des mois, dans des conditions d'hygiène déplorables. A la moindre pluie le camp se transformait en boue et il y avait des rats, mais excepté quelques containers à poubelles, aucune collectivité territoriale n'a mis en place d'installations sanitaires, laissant ce terrain complètement à l'abandon, ce qui a permis de le déclarer insalubre.

Où vont se retrouver ces familles, dans quelles conditions d'hygiène encore plus lamentables ? Le gouvernement a changé, mais son attitude vis-à-vis des Roms est la même que celle de Sarkozy/Guéant !

Rhône

Encadrer… mais surtout limiter le montant des loyers

Brève
30/07/2012

130 communes du Rhône vont être concernées, à partir du 1er août, par le décret sur l'encadrement des loyers des logements privés, qui limitera les hausses de loyers lors d'un renouvellement de bail ou d'un changement de locataire : la hausse ne devra pas être supérieure à celle de l'indice de référence des loyers.

C'est une bonne chose de limiter la rapacité de certains propriétaires. Mais il y aura de nombreuses exceptions autorisées, et cela ne fera pas baisser le montant des loyers actuels, souvent bien trop élevé et représentant une part importante des revenus des locataires. A quand des mesures limitant le montant des loyers, et la construction massive des logements sociaux qui manquent ?

Equipementiers automobiles et plan de PSA - Rhône-Alpes

La vérité sort de la bouche des patrons... parfois

Brève
18/07/2012

Patrick Thollin, vice-président de la fédération des industries des équipements pour véhicules Rhône-Alpes, a expliqué sur France 3 que les licenciements à PSA visent avant tout à « répartir la production sur les sites  » de façon à « réduire les coûts du constructeur  ». Ce patron affirme aussi qu'il n'est pas du tout inquiet car il n'y a pas de baisse de production prévue. Il n'a aucune crainte pour les équipementiers, autrement dit ses compères patronaux.

Mais pour les travailleurs, ceux de PSA directement menacés, et tous les autres des entreprises sous-traitantes, il y a des craintes à avoir, car réduire les coûts dans la bouche d'un patron, c'est accroitre l'exploitation de ses salariés. À moins que ceux-ci montrent les dents.

Hôpital Henry Gabrielle (Hosices Civils de Lyon)

Ras-le-bol du manque de personnel

Brève
18/07/2012

Des agents hospitaliers se sont rassemblés mardi 17 juillet devant leur hôpital pour dénoncer la décision de supprimer dans chaque service 2 postes d'infirmières et 2 postes d'aides-soignants.

Depuis des années, les budgets alloués aux hôpitaux publics sont très insuffisants, obligeant ceux-ci à s'endetter lourdement. Prétextant le manque de budget et le déficit à combler, la direction générale des des Hospices Civils de Lyon s'en prend au personnel en supprimant des postes. Dans une lettre ouverte aux nouvelles ministres de la santé et des personnes handicapées, les agents dénoncent leurs conditions de travail actuelles par manque de personnel les empêchant de s'occuper des patients dans les meilleures conditions et l'aggravation de celles-ci si cette décision était appliquée.

Sachant que leur mobilisation sera le meilleur moyen d'obtenir gain de cause, un comité de défense de l'hôpital Henry Gabrielle s'est constitué avec les syndicats CGT et Sud et plusieurs dizaines d'agents de l'établissement « pour s'organiser, informer, et intervenir contre des mesures insupportables ».