Soitec (Bernin, Isère)

Débrayages pour les salaires

Brève
02/07/2012

La direction de cette entreprise (fabrication de plaquettes silicium spécifiques pour la réalisation de circuits intégrés) avait décidé de geler les salairesspour la période à venir avec clause de revoyure à la fin de l'année. Par contre, les dirigeants de l'entreprise, pas avares de leur baratin pour demander toujours plus de flexibilité et de polyvalence aux salariés, se sont octroyé des actions gratuites, ce qui a pour effet de doubler leur salaire...

Après une semaine de débrayages, les salariés ont obtenu trois primes selon le salaire : 450 euros pour les salaires inférieurs à 1 800 euros par mois, 350 pour ceux inférieurs à 2 200 et 250 pour ceux inférieurs à 2 500. Et 30 euros minimum d'augmentation en janvier si à mi-octobre, la direction estime que l'entreprise va mieux...

Ce n'est qu'un début...

"Création" de postes dans l'Éducation Nationale

Ça ne fait pas le compte !

Brève
30/06/2012

Une des (rares) promesses de campagne de Hollande était la création d'emplois dans l'Éducation Nationale. Pour le moment, on est très loin du compte pour la rentrée prochaine. Car, en fait de création de postes, ce ne sont que quelques suppressions qui sont annulées. Dans les écoles maternelles et primaires de l'Académie de Lyon, ce ne sont que 65 postes qui vont être créés.

Pour ce qui est de la Loire, par exemple, ça va se traduire par 10 postes créés pour 54 supprimés, soit, au final, encore 44 postes supprimés, dont 25 postes de remplaçants. Quelques classes qui devaient fermer ne fermeront donc pas, et les enseignants et parents qui se sont beaucoup mobilisés ces derniers mois ont de quoi être satisfaits. Mais, globalement, la rentrée se fera dans des conditions encore pires que la rentrée précédente, pour les enseignants comme pour les enfants.

Marylise Lebranchu à Saint-Etienne

Visite ministérielle pour préparer la rigueur

Brève
30/06/2012

Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, était en visite jeudi 28 mai à Saint-Étienne. Recevant des responsables syndicaux, elle a assuré vouloir "réhabiliter la Fonction publique". Mais elle a surtout dit ne rien promettre, précisant que "les fonctionnaires sont conscients de la contrainte budgétaire". En clair, elle prépare la Fonction Publique à la rigueur.

Sa visite devait se terminer par une réception avec petits fours à l'Hôtel de Ville avec le maire, mais tout ce beau monde a dû déménager précipitamment : ils étaient attendus par des employés du service "éducation" de la mairie, ceux qui travaillent dans les cantines par exemple, en lutte depuis plus d'une semaine contre une forme locale d'austérité.

La ministre venait préparer la rigueur; il faut que nous, travailleurs, à l'instar de ces employés municipaux, préparions la riposte.

Lyon – Hôpitaux psychiatriques

Ras-le-bol du sous-effectif et du manque de lits

Brève
28/06/2012

Mardi 26 juin, ils étaient une centaine devant l'Agence Régionale de Santé : des travailleurs de l'hôpital du Vinatier, ainsi que des représentants d'autres secteurs de la santé et du social, ont rejoint les travailleurs de l'hôpital Saint-Jean-de-Dieu pour manifester leur ras-le-bol face au manque de lits et de personnel, qui crée des situations dangereuses.

A Saint-Jean-de-Dieu, la colère reste vive depuis les agressions qui ont eu lieu ces dernières semaines. Il faut de toute urgence des embauches, pour enrayer les démissions des salariés découragés par les conditions de travail, et pour offrir des conditions de soins humaines aux patients. Mais face à la politique d'économies actuelles, il faudra les arracher par la lutte.

Lyon

De gauche ou de droite, non aux expulsions !

Brève
27/06/2012

Vendredi 22 juin, un père de famille rom a été expulsé de France, et ainsi séparé de sa femme et de son fils de 17 ans. Arrivés en France pour fuir les persécutions qu'ils subissaient en Macédoine, ils vivaient, comme des dizaines d'autres familles, dans un véritable bidonville au sein de la gare de Perrache à Lyon. Cette expulsion s'ajoute à de multiples arrestations et placements de familles en centre de rétention ces dernières semaines.

Avec Hollande président et Valls ministre de l'Intérieur, c'est la politique de Sarkozy et Guéant qui continue, toujours aussi abjecte.