Lejaby – Bellegarde (01) – Rillieux (69)

Promesses de patrons, promesses bidons

Brève
14/12/2011

Alors que les 450 travailleurs toujours salariés chez Lejaby, mis en redressement judiciaire fin octobre, sont dans l'attente d'un repreneur, les victimes du plan de licenciements de 2010 découvrent que les engagements pris à l'époque ne sont pas tenus. Primes non versées, financement de formations non honoré : c'est 549 000 € que Lejaby doit aux 26 ouvrières de l'usine de Bellegarde licenciées l'an dernier.

Pour obtenir l'arrêt de la grève et le déblocage du siège social à Rillieux, la Direction régionale du travail avait servi de médiatrice et s'était portée garante des conditions de licenciement. Où est-elle aujourd'hui ?

Pour venir en aide aux patrons, l'Etat est toujours disponible. Mais pour leur imposer de respecter leur signature, pas question de leur envoyer la police ou les huissiers.

Sarkozy à Sallanches (Haute-Savoie)

Pub et réalité

Brève
14/12/2011

Mardi 13 décembre, Sarkozy était une nouvelle fois en visite en Haute Savoie pour faire valoir sa « politique industrielle ». Mais la réalité chez Rossignol-Dynastar est loin d'être aussi glorieuse que veut le faire croire sa pub (relayée par les médias), autour de la « relocalisation » de la production de certains skis.

Ainsi, en 1998, l'usine comptait plus de 650 salariés, contre seulement 195 à l'heure actuelle ! Et encore faut-il compter dans l'effectif une vingtaine de CDI-Intermittents, employés seulement 7 mois par an. Ils doivent se débrouiller comme ils peuvent les 5 mois restant, puisque cette forme de contrat ne leur donne pas droit à l'assurance-chômage !

Où est le progrès ?

Agglomération lyonnaise

L’écologie en régime capitaliste : attention danger

Brève
13/12/2011

L'incendie géant d'un dépôt de combustible en bois, entre Vaulx-en-Velin et Décines, vient d'être maîtrisé après neuf jours de lutte. La société Beram, filiale du groupe Dalkia, entreposait en plein air trois fois plus de bois que ne l'autorisait la Préfecture. Celle-ci a relevé un délit et huit infractions sur le site. On ignore encore les conséquences sanitaires sur la nappe phréatique ou l'air ambiant.

Si des collectivités investissent dans des chaufferies au bois au nom de l'écologie, ce sont des groupes privés comme Dalkia ou Suez Environnement, également présent sur ce site, qui les mettent en œuvre. Mus avant tout par le profit, ils rechignent à investir dans des installations aux normes. Décidément, ce qui pollue le plus, c'est le capitalisme.

Lyon ville de la lumière

Sources de lumière, ou sources de profits ?

Brève
13/12/2011

Au moment de la fête des Lumières à Lyon s'est tenu également un congrès international autour des nouvelles technologies de la lumière, notamment autour des diodes électroluminescentes en plein essor. A cette occasion, on apprend que les pouvoirs publics, sous prétexte d'aider à l'innovation dans ce secteur, financent une "plateforme d'innovation pour la filière industrielle", nommée Piseo - l'Etat à hauteur de 1,4 million d'euros, la région à hauteur de 200 000 euros - pour financer des recherches qui permettront ensuite, l'espèrent-ils, aux industriels de gagner de l'argent.

Encore une fois les fonds publics servent à subventionner les profits privés.

Lyon

Un obscurantisme peu ragoûtant

Brève
11/12/2011

À l'occasion de la fête des Lumières, où plusieurs processions religieuses ont eu lieu, la presse s'est faite l'écho de prises de position de plusieurs députés UMP qui affichent des idées bigotes. Philippe Cochet et Michel Terrot, deux députés UMP du Rhône, ainsi que le député-maire de Vienne, ont ainsi cosigné une pétition qui attaque des pièces de théâtre qu'ils jugent blasphématoires. Ce type de déclarations révèle l'obscurantisme de toute une partie de la classe politique.

Chacun est libre de croire ce qu'il veut, mais ces réactionnaires voudraient nous ramener des siècles en arrière, et transformer la liberté d'expression en chemin de croix.