Chassieu (Rhône)

ABB : Les travailleurs refusent de se laisser licencier

Brève
05/06/2009

Mardi 2 juin, 300 salariés de différentes usines ABB ont envahi la salle de réunion du Comité d'entreprise, à Montluel, pour protester contre les 540 licenciements annoncés en France, avec la fermeture de deux usines, à Mâcon et Aulnay-sur-Odon. Et le lendemain, les travailleurs de l'usine de Chassieu, où il y aura 96 licenciements (sur environ 500 salariés), ont de nouveau manifesté et bloqué leur usine.

Ils accusent la direction de l'entreprise de prendre la crise comme prétexte pour supprimer des emplois et fermer des usines. Car le groupe ABB n'est pas une petite PME : c'est un des leaders mondiaux dans les technologies d'énergie et d'automation, qui emploie 120 000 salariés dans une centaine de pays.

Fin 2008, le président d'ABB s'était vanté d'avoir 4 milliards d'euros de réserves de liquidités nettes, qui allaient lui permettre de profiter de la crise pour faire d'éventuelles acquisitions à bas prix. C'est ainsi qu'ABB vient d'acheter la société italienne Comem, spécialisée dans les transformateurs.

Les travailleurs d'ABB ont vraiment de bonnes raisons de ne pas vouloir se laisser jeter à la rue !

Flaviac (Ardèche)

Fermeture de l'usine de matelas "Simmons"

Brève
29/05/2009

Le 18 mai, les 94 travailleurs de l'usine de fabrication de matelas "Simmons" à Flaviac ont appris brutalement la fermeture de leur entreprise d'ici fin juillet, juste avant les vacances !

L'usine appartient au groupe Cauval, numéro un en France de l'ameublement, qui possède aussi d'autres marques comme Dunlopillo ou Tréca. Mercredi 20 mai, les ouvriers en colère ont reçu le PDG du groupe, Gilles Silbermann, venu expliquer son plan de licenciements (418 pour tout le groupe) en pleurnichant sur la concurrence polonaise et la baisse du chiffre d'affaire prévue avec la crise.

Face aux médias, les ouvriers ont dénoncé les actionnaires qui s'en sont mis plein les poches, les heures supplémentaires : 40 heures par semaine jusqu'à la veille de l'annonce de la fermeture, et les subventions publiques que l'usine a reçues. En juin 2008, le Conseil général a accordé 243 000 euros pour un agrandissement de l'entreprise ! Vendredi 22 mai, les travailleurs en manifestation ont bloqué la départementale. Ils ont reçu le soutien des automobilistes et des élus de la région.

Dans cette vallée de l'Ardèche, déjà sinistrée par le chômage, c'est un coup dur de plus pour les familles, celles des sous-traitants, des petits commerçants, mais aussi pour les budgets des communes concernées.

Hôpital St Jean de Dieu (Lyon)

La pénurie en lits d’hospitalisation s’aggrave

Brève
28/05/2009

Cela fait dix ans que, pour faire face au manque de lits, la direction a fait installer une vingtaine de lits supplémentaires, répartis dans différents services. Ainsi, dans des services prévus pour 25 patients, ils sont 30 à 32. Tout ceci, bien sûr, sans moyens supplémentaires en personnel.

Ces dernières semaines, c'est la crise. L'hôpital ne peut plus remplir sa mission de service public. Des patients doivent attendre dans les services d'urgence, déjà surchargés.

Du coup, une cellule de crise composée de la direction et de médecins, a décidé l'ouverture d'un dortoir de cinq lits, ouvert le 26 mai, et dont la fermeture est prévue le 15 juillet. Tout ceci avec des conditions limites au niveau des soins. Les cinq patients n'y passent que la nuit et ensuite ils regagnent leur service , déjà complet, sans possibilité d'y avoir une chambre !

La direction de l'hôpital alerte les autorités depuis des mois, sans résultat. Cela n'a rien d'étonnant quand on sait que le gouvernement a prévu de faire des économies draconiennes sur la santé, au détriment des malades et du personnel.

Corbas (Rhône)

REP licencie la moitié des salariés

Brève
25/05/2009

Les travailleurs de l'entreprise REP International de Corbas ont manifesté, mercredi 22 mai, devant leur entreprise, pour protester contre l'annonce de 84 licenciements sur 177 salariés du site.

La raison invoquée par cette entreprise, leader mondial de la presse à injecter le caoutchouc, est la crise de l'automobile, ses principaux clients étant des sous-traitants de ce secteur. Avant l'annonce des licenciements, il y a eu de nombreux jours de chômage technique.

Les trusts de l'automobile font pression sur leurs sous-traitants, qui se retournent contre les travailleurs. Mais dans tous ces secteurs, il y a eu des bénéfices ces dernières années. Cet argent doit servir à maintenir les emplois.

Lyon

Le droit à l'IVG en danger

Brève
21/05/2009

Avec la fermeture prévue de l'Hôtel-Dieu, c'est l'incertitude sur l'avenir de son centre d'orthogénie. C'est le plus important du Rhône : il assure plus de la moitié des IVG (plus de 2000 par an), voire 100% en été.

Si la direction des HCL se contente de répartir ses activités dans les trois autres établissements qui pratiquent des Interruptions Volontaires de Grossesse actuellement, ils n'auront pas la capacité pour les accueillir, faute de personnel et de moyens.

Depuis le vote de la loi Veil, le droit à l'IVG a toujours été difficile à faire appliquer et il est constamment menacé. Les restructurations en cours pourraient être l'occasion de rendre encore plus difficile la possibilité de faire pratiquer une IVG.

Le personnel du centre d'orthogénie de l'Hôtel-Dieu, ainsi que le Planning familial se mobilisent pour alerter l'opinion. Car il faudra une forte mobilisation pour imposer le maintien de ce droit.