Lyon

A INFOMOBILE : travailler sans être payé !

Brève
13/01/2008

Les téléconseillers d'INFOMOBILE à la Cité Internationale ont débrayé vendredi 11 janvier dans chaque équipe. Ce centre d'appel de SFR avait été vendu en août dernier (avec ceux de Toulouse et de Poitiers) malgré les protestations et manifestations des salariés, qui craignaient une dégradation des salaires et des conditions de travail. Après l'externalisation, plus de la moitié ont quitté l'entreprise. Il y a donc beaucoup de nouveaux embauchés.

Les salariés de SFR avaient bien raison d'être méfiants : les salaires de novembre et décembre ont été payés avec un mois de retard pour les uns, et pas du tout pour les autres, qui doivent se contenter d'accomptes ! Si bien que certains salariés ne peuvent plus payer leurs loyers.

Beaucoup de travailleurs viennent d'arriver dans l'entreprise et pour certains c'est un premier emploi. Ils ont vite vérifié la nécessité de lutter ensemble pour défendre leurs droits.

Marseille

Plus d'ombre que de lumière

Brève
02/01/2008

Combien y a-t-il de lampadaires éteints entre le centre ville de Marseille et le quartier de l'Estaque ?

Une multitude auquel il faut rajouter d'autres multitudes pour l'ensemble des quartiers de Marseille !

L'éclairage est peut-être urbain mais il est en pointillé : un groupe de lampadaires, une vaste zone d'obscurité suivie d'un autre groupe de lampadaires.

C'est sûrement sous le signe de l'obscurité que la Mairie voudrait briller en ce début d'année 2008 ?

Si c'est le cas, c'est plus que réussi.

Vénissieux (Rhône)

Carrefour en grève pour les salaires

Brève
23/12/2007

Samedi 22 décembre, un jour de grande affluence, 93 employés du magasin Carrefour (près d'un tiers de ceux qui devaient travailler ce matin-là) ont fait grève toute la matinée, malgré les fortes pressions de l'encadrement.

Ils revendiquent des augmentations de salaires car, dans toute la Grande Distribution, les salaires sont très bas, même au-dessous du SMIC pour les plus bas d'entre eux, sans compter tous les temps partiels non choisis, qui permettent encore moins de vivre de son salaire. Pour ces derniers, les grévistes revendiquent du travail à temps complet. Et ils demandent aussi de meilleures conditions de travail.

Les grévistes ont manifesté, à l'ouverture du magasin, auprès des clients, qui les ont très bien accueillis et ont applaudi le mot d'ordre : "Augmentez les salaires !". Car le public populaire du magasin connaît les mêmes problèmes de pouvoir d'achat que les employés de Carrefour : aujourd'hui, c'est le problème n°1 de tous les travailleurs.

En 2007, Carrefour a versé 700 millions d'euros de dividendes aux actionnaires et son PDG a vu son salaire augmenter de 60 % entre 2005 et 2006. Alors il n'y a pas de doute : Carrefour peut payer !

Romans (Drôme)

Encore une usine de chaussures qui ferme

Brève
23/12/2007

Le chausseur de luxe Charles Jourdan a été placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Romans. Les 197 travailleurs vont être licenciés, après s'être battus pendant des mois pour essayer de sauver l'entreprise, dans laquelle la plupart ont 25 à 30 ans d'ancienneté.

La ville de Romans a déjà perdu des milliers d'emplois dans l'industrie de la chaussure. En août 2005, c'est Stéphane Kélian qui fermait, en licenciant 143 personnes, et Charles Jourdan était déjà, alors, mis en redressement judiciaire, à la recherche d'un repreneur.

Les deux entreprises avaient été rachetées par des financiers, qui ne s'intéressaient qu'à la marque de prestige, et n'avaient aucun scrupule pour jeter les salariés à la rue et aller produire ailleurs. Le repreneur d'octobre 2005 n'était pas différent : son PDG a été inculpé fin novembre, à Genève, pour détournement de 20 millions de dollars, et il a démissionné sous la pression d'un repreneur éventuel, qui s'est finalement retiré à la dernière minute.

Après la fermeture de Stéphane Kélian, trois ministres s'étaient déplacés à Romans pour faire des promesses de réimplantation d'emplois et promettre... des aides et des crédits d'impôts pour les patrons de la chaussure ! Mais il n'a jamais été question de prendre des mesures contre les patrons qui licencient, et donc continuent à le faire.

Marseille

Expulsés et non relogés

Brève
18/12/2007

Lundi 17 décembre, une cinquantaine d'adultes et une quinzaine d'enfants ont été jetés à la rue par les CRS. Ces familles roms ont été expulsées sans ménagement d'un immeuble inoccupé qu'ils squattaient dans la rue d'Aubagne au centre ville. Rien n'a été prévu pour les reloger et aucun service social de la ville n'était présent. Enfants, bébés, adultes tous ont été laissés dans le froid, à la recherche d'un autre squat.

En jetant les gens à la rue le gouvernement et ses acolytes peuvent encore oser dire qu'il n'y a pas de problème de manque de logements.