PAEJ - Vaulx-en-Velin

Les mille et une manières de voler les pauvres pour donner aux riches

Brève
18/10/2010

Le Point d'Accueil et d'Ecoute Jeunes et Parents de Vaulx-en-Velin, situé au Mas du Taureau, vient d'apprendre que l'Etat avait rogné sa subvention 2010 de 15 000 euros, soit presque deux mois des salaires des trois psychologues et de la secrétaire.

En France, ce sont 300 Points d'Accueil Jeunes qui sont menacés. Tant pis si ces centres sont souvent la dernière bouée de sauvetage pour les jeunes ! La ministre de la Santé a diminué de 20% le budget de la cohésion sociale dont dépendent les PAEJ. La même ministre n'avait pas hésité, lors de l'immense gâchis de la grippe A, à accorder 50 millions d'euros aux trusts pharmaceutiques pour des vaccins qui n'ont même pas été fabriqués... De quoi multiplier par 5 le nombre de PAEJ en France !

On est décidément dans une société où la vie des jeunes ne vaut rien devant les portefeuilles des nantis.

Marseille

La grève à Monoprix

Brève
08/10/2010

Depuis plus de trois semaines une grande partie des salariés de Monoprix Marseille-Prado et Marseille-Canebière sont en grève et tiennent bon.

La majorité des femmes qui y travaillent sont pour certaines à 24 heures par semaine ou 30 heures. C'est contre ces horaires et ces salaires au rabais que les employés se battent.

Les grévistes réclament des augmentations de salaire, l'embauche des CDD, la révision de leur classification et aussi, ce qui serait la moindre des choses la gratuité pour l'accès au propre parking du magasin.

En menaçant individuellement les grévistes de poursuite devant les tribunaux la direction de Monoprix se veut intransigeante. Sa seule réponse a été : "reprenez d'abord le travail et ensuite on discutera".

Si elle a chiffré ses pertes après une dizaine de jours de grève à plus de 500 000€, elle préfère continuer à creuser encore ce déficit plutôt que de donner satisfaction aux grévistes.

Elle a tenté l'intimidation en faisant intervenir le vendredi 1° octobre une armada de policiers pour défaire le piquet de grève afin d'amener deux camions d'approvisionnement. Les grévistes ont, quant à eux décidé de poursuivre le mouvement avec le soutien de la population.

Marseille

Illégal ?

Brève
08/10/2010

Les CRS ont dégagé brutalement tout ceux qui voulaient s'opposer à l'expulsion de la famille Chaung qui tient le restaurant "Heng Heng" en plein milieu de la rue de la République.

Il fallait expulser de son domicile cette personne de plus de 70 ans au bénéfice du groupe immobilier "ATEMI Méditerranée" qui se présente ainsi : "Nous réalisons la réhabilitation et assurons la commercialisation d'immeubles haussmanniens de la « Rue de la République » à Marseille, entre le Vieux Port et le quartier d'activités de la Joliette. 100 000 m² de logements, commerces et bureaux en plein coeur de Marseille, intégrés au programme Euroméditerranée, emblématique du renouveau de la cité phocéenne."

L'expulsion, juste avant la trêve hivernale, s'est effectuée alors que l'avocat du groupe immobilier "ATEMI Méditerranée" reconnaît que son client avait négligé de prendre en compte l'âge de l'expulsé, ce qui semble être pour le moins illégal.

Pour que ces sociétés immobilières vident de sa population modeste ce quartier voué par les promoteurs et la Mairie à devenir un centre de prestige, rien n'est illégal....

Lycée professionnel Tony Garnier - Bron (Rhône)

En grève pour des moyens et du personnel

Brève
07/10/2010

Cette année encore les enseignants du lycée du bâtiment de Bron ont dû cesser le travail le 4 et le 5 octobre, suite à d'importants dysfonctionnements et nombreux manques de moyens pour assurer un enseignement de qualité correcte aux élèves.

Parmi les problèmes soulevés figure un problème permanent depuis 4 ans au moins : le réseau informatique du lycée ne fonctionne toujours pas, plus de 5 semaines après la rentrée. C'est inadmissible, car tous les élèves doivent utiliser les outils informatiques dans le cadre de leur formation.

Les enseignants ont aussi soulevé le problème du manque de postes d'enseignants et de personnel technique (magasinier, entretien) et des nouveaux locaux livrés trop petits ou mal équipés.

Après s'être rendus tous ensemble au Rectorat puis à la Région, rien de concret n'a été obtenu. Une réunion rassemblant tous les responsables du fonctionnement du lycée (personnel, direction, Rectorat et Région) devrait être convoquée rapidement. Les cours ont repris mercredi mais le personnel reste mobilisé en attendant de voir le résultat de cette réunion.

Saint-Jean Industries - Rhône

Tout va bien... pour ses patrons

Brève
05/10/2010

En février 2009, l'entreprise Saint-Jean Industries fermait sa fonderie de Vénissieux en licenciant 108 personnes.

Aujourd'hui, elle envisage d'embaucher 20 CDI dans son usine de Saint-Jean d'Ardières, près de Belleville, qui compte environ 400 salariés. Et pour demander de l'aider à les trouver, elle a envoyé des courriers à différentes collectivités locales, dont la ville de Vénissieux.

Pendant ce temps, une bonne partie des 108 licenciés continuent à ne trouver que des missions précaires. Renault Trucks, qui avait précipité la fermeture de la fonderie en lui retirant son marché, avait évoqué d'embaucher 30 ou 40 ouvriers licenciés... quand la crise serait passée. Mais pour l'instant, seuls quelques uns y travaillent, en intérim ou CDD.

Pour Renault Trucks comme pour Saint-Jean Industries, le travail a repris et les bénéfices avec. Mais les travailleurs laissés sur le carreau par leur faute, c'est bien le cadet de leurs soucis.