Miribel (Ain)

Contre la fermeture de "5ème saison"

Brève
02/07/2009

L'entreprise « 5ème saison », spécialisée dans les salades en sachet, a décidé de fermer l'usine de Miribel, dans l'Ain, où travaillent 158 personnes. Elle propose une mutation à Mâcon, soit 80 kilomètres, ce que la grande majorité des travailleurs refuse. Cette entreprise, appartenant au groupe islandais Bakkavör, est pourtant bénéficiaire et annonce l'ouverture prochaine d'un site dans le Nord de la France. Des bénéfices accumulés sur des conditions de travail et de salaire scandaleuses.

Le plan prévoit également la fermeture de l'usine de Lacourt-Saint-Pierre (82) dont les salariés sont en grève depuis une semaine pour le maintien des emplois. A défaut, ils exigent de partir avec des mesures décentes qui leur permettront, d'une part de retrouver un emploi, et d'autre part des indemnités suffisantes pour vivre et non pour survivre.

Un rassemblement est prévu à Miribel lundi 6 juillet avec la présence des grévistes de l'usine du Tarn et Garonne, qui sont conscients que ce n'est qu'ensemble qu'ils gagneront.

Marseille

Soutien à Charles Hoareau

Brève
29/06/2009

Un patron sommé par le tribunal de payer les salaires à ses employés a déposé une plainte contre un syndicaliste. Qui a passé 30 heures en garde à vue, le patron ou le syndicaliste ?

Le syndicaliste !

Et à la suite de cette garde à vue Charles Hoareau est passé devant le tribunal de Marseille ce lundi 29 juin.

Plus d'un millier de manifestants l'ont accompagné au Tribunal pour le soutenir et marquer ainsi leur refus de toute sanction.

Marseille

Y'a pas écrit "la porte"

Brève
28/06/2009

Dix sept ans de service à la Poste et la porte au bout pour "refus d'obéissance". C'est ce qui vient d'arriver à Yannick, un postier du bureau de La Plaine, dans le centre ville de Marseille. Son supérieur lui ayant intimé l'ordre d'abandonner son travail pour aller courir boucher les trous du bureau des Réformés, en haut de la Canebière, il aurait rechigné...

Distant de plusieurs centaines de mètres, le bureau de Poste de La Plaine dépend de celui de la Canebière et la Direction demande aux agents de courir de plus en plus d'un bureau à l'autre.

Depuis le mardi 23 juin, les postiers de ces bureaux ont fait grève. Ils ont fait signer des pétitions contre le licenciement de leur collègue, pour sa réintégration et contre la politique de suppression de postes. Mieux, son ancien chef d'Etablissement est même venu témoigner en sa faveur lors du conseil de discipline.

Les postiers qui manifestaient en haut de la Canebière avec panneaux, tracts et drapeaux, ont eu un large soutien, celui de tous les usagers de La Poste qui savent qu'ils vont attendre, parfois jusqu'à une heure trente, devant les quatre ou cinq guichets ouverts alors que le bureau des Réformés en compte neuf !

Rhodia Chimie - Saint-Fons

La lutte continue !

Brève
24/06/2009

Après l'annulation du CE extraordinaire du 18 juin du fait de l'intervention des grévistes, un nouveau CE a commencé le mardi 23, pour annoncer officiellement quelque 70 suppressions d'emplois sur un effectif de 350 travailleurs Rhodia, et la fermeture de plusieurs ateliers de l'usine.

Mais là encore, les travailleurs ont répondu présents, et ils étaient une soixantaine à se rassembler pour aller contester les attaques de la direction, et le CE a de nouveau été envahi. Dans la foulée, les grévistes ont décidé de poursuivre leur mouvement sous la forme de 2h de débrayage par équipe au moins jusqu'au lundi 29 juin, afin de ne pas relâcher la pression.

En effet, ce jour-là doit se réunir une commission paritaire du groupe Rhodia à Paris, où seront discutés les projets de suppressions d'emplois sur les différents sites Rhodia menacés (Valence, Belle-Etoile à Saint-Fons, mais aussi Chalampé en Alsace et Melle dans les Deux-Sèvres). A cette occasion, plusieurs syndicats ont appelé à la grève sur tout le groupe, et les travailleurs en grève des différentes usines de la région lyonnaise ont prévu de se rassembler devant l'usine de Saint-Fons Chimie.

Un rendez-vous que les travailleurs du site sont bien décidés à ne pas manquer !

Hôpital E. Herriot - Lyon

L'urgence, c'est de conserver les emplois

Brève
22/06/2009

Le personnel des urgences chirurgicales est en grève depuis le 21 juin contre la suppression de six postes d'infirmières.

Dans ce service, suite au déplacement d'une activité sur un autre hôpital, les conditions de travail et d'accueil des patients s'étaient nettement améliorées.

Mais la volonté du ministère de combler le déficit de 95 millions des HCL impose de supprimer plus de 200 postes par an jusqu'en 2013. Alors, pour ces gestionnaires qui veulent transformer les hôpitaux en entreprises rentables, peu importe l'intérêt des malades et du personnel. C'est ce que dénoncent les infirmières, les aides-soignants et les médecins des urgences chirurgicales qui réclament le maintien des effectifs.