Rhodia - Rhône-Alpes

A l'aise, le Monsieur

Brève
13/09/2010

M. Jean-Claude Clamadieu, PDG de Rhodia, vient de s'octroyer une retraite -chapeau qui lui assure une rentrée quotidienne (oui, quotidienne) de 1 638,35 euros pour toute sa vie. Alors que Rhodia vient de supprimer plusieurs centaines d'emplois, peut-on trouver des mots plus forts que "exploitation" et "scandaleux" pour qualifier une telle situation ?

Hôpital de la Croix-Rousse - Lyon

Nouveau bâtiment mais gestion rétrograde

Brève
06/09/2010

Après des années de travaux, le nouveau bâtiment médical de l'Hôpital de la Croix-Rousse a accueilli ses premiers malades fin août. L'administration a profité de cette nouvelle structure pour rentabiliser au maximum le travail du personnel : augmentation du nombre de malades par soignant, mutualisation des pathologies pour une mise en commun du personnel.

D'après les syndicats, c'est au moins une trentaine de postes de soignants qui passerait ainsi à la trappe. En réanimation chirurgicale, il manque déjà 11 infirmières et 7 aides-soignantes, et le personnel est sans cesse surbooké.

A force de supprimer du personnel, c'est la qualité des soins et la sécurité des patients qui sont en jeu. Mais l'administration ne s'en préoccupe guère, la politique du gouvernement lui imposant de réaliser sans cesse des économies.

Toray - Saint-Maurice-de-Beynost (Ain)

Un patron sans retenue

Brève
05/09/2010

Le journal "Les Echos" a publié des extraits du rapport du député UMP Giaccobi sur "l'attractivité de la France" auprès des patrons étrangers. On peut y lire une interview d'un haut cadre du groupe Toray déplorant l'existence du code du travail qui rend "très difficile de licencier un salarié". Il se plaint également d'avoir perdu 7 millions d'euros en 5 ans à cause des grèves dans l'usine lyonnaise et voudrait que Sarkozy intervienne.

Quand ces grands patrons s'adressent à leur milieu, leur rage de classe s'exprime sans retenue. Si on les laissait faire, ils supprimeraient vite fait le droit de grève.

Vaulx-en-Velin - Rhône

Grève dans les écoles

Brève
02/09/2010

A Vaulx-en-Velin, jeudi 2 septembre, jour de la rentrée des élèves, 8 écoles sur 32 étaient en grève, pour protester contre la suppression de trois postes Rased. C'est une mobilisation qui a commencé déjà l'année dernière.

La grève a été maintenue malgré l'annonce de la nomination de trois enseignants supplémentaires, car ces derniers n'ont pas la formation particulière de leurs collègues Rased, et ils ne sont nommés que pour un an. Les trois postes sont donc bel et bien supprimés, dans des écoles où ils étaient particulièrement utiles étant donné le nombre d'enfants en difficulté scolaire.

Des enseignants en moins, des élèves en plus, du soutien scolaire en moins, le gouvernement fait tout pour que l'échec scolaire s'aggrave !

Hospices Civils de Lyon

La mobilisation pour les primes continue

Brève
02/09/2010

Le personnel des HCL est en lutte, depuis fin juin, contre la suppression de primes, en particulier pour le travail de nuit, entraînant des pertes de salaires allant jusqu'à 300 euros par mois.

La mobilisation s'est poursuivie pendant l'été, et mercredi matin 1er septembre, 200 manifestants se sont retrouvés devant le siège des HCL avant d'aller manifester à l'Hôtel de Ville, car le maire de Lyon, Gérard Collomb, est président des HCL. Mais c'est un conseiller municipal qui les a reçus.

Non seulement les agents hospitaliers sont en sous effectif, ce qui entraîne un surcroît de travail pour tous, mais de plus on s'en prend à leur salaire.

Le gouvernement veut faire des économies pour rembourser sa dette creusée par les cadeaux au patronat, mais c'est aux travailleurs qu'il s'en prend, et aussi aux plus démunis, qui ont de plus en plus de mal à se faire soigner.