AtosOrigin - Villeurbanne (Rhône)

Salaires : Atos Au Régime

Brève
07/03/2010

AtosOrigin, l'un des premiers groupes mondiaux de services informatiques, travaille pour de nombreuses grandes entreprises ou pour équiper des grands événements mondiaux, comme les jeux olympiques d'hiver à Vancouver. Elle vient d'annoncer un bénéfice de 35 millions d'euros pour 2009, en hausse de 40%.

Cela ne l'empêche pas de ne proposer que 0,45% d'augmentation, et uniquement pour les salaires inférieurs à 30 000 € par an, ce qui ne concernerait pas grand monde dans une société qui emploie une grande majorité de cadres et d'ingénieurs. Mais cette austérité salariale n'est pas pour tout le monde puisque le PDG, Thierry Breton, ancien ministre et ex-PDG de France Telecom, a vu, lui, ses revenus augmenter.

Les salariés ont répondu à cette provocation en débrayant deux fois en un mois. A Villeurbanne, sur 250 salariés, ils étaient 80 grévistes le 9 février et 110 le 4 mars. Nationalement, la direction reconnaît une participation de 2200 salariés. Sa seule réponse pour l'instant, c'est des propositions de discussions, aussi des salariés parlent de nouveau de se mobiliser.

Lyon

Inspecteurs et contrôleurs du travail en colère

Brève
03/03/2010

Mardi 2 mars à 19h, les inspecteurs et contrôleurs du travail ont occupé les locaux de leur direction départementale à Villeurbanne. Cette direction n'existe plus : elle est remplacée par une unité territoriale de la DIRECCTE (Direction Régionale de l'Entreprise, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi), une administration qui se veut maintenant au service des entreprises, mais pas à celui de la défense des droits des travailleurs.

Ils dénoncent les suppressions de postes, le non remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, le manque de personnel de catégorie C (les secrétaires) et l'impossibilité de remplir correctement leurs missions : celle d'informer les salariés de leurs droits, celle aussi de faire respecter le code du travail dans les entreprises. Un exemple : ils estiment que sur 100 infractions au droit du travail, deux seulement aboutissent à un procès verbal !

Ils dénoncent aussi la volonté du gouvernement actuel de les transformer en auxiliaires de la police dans sa chasse aux sans-papiers car ils ont, eux, le droit de pénétrer dans les entreprises, droit que pour le moment les policiers n'ont pas.

Et ils ont à faire face au mépris affiché de leur direction, mépris quelque peu tempéré mardi soir quand, à plusieurs dizaines, ils ont envahi le bureau du directeur local pour l'interpeller jusqu'à une heure avancée de la soirée.

Air Liquide - Feyzin (Rhône)

Grève pour les salaires

Brève
02/03/2010

Des travailleurs de l'entreprise Air Liquide de Feyzin sont en grève depuis plus d'une semaine, en même temps que ceux des trois autres sites de la région (Miribel, Voreppe et Péage-de-Roussillon).

Ils revendiquent, en particulier, une augmentation de salaires de 1500 € brut annuels. Mais pour l'instant, la direction propose moins, bien qu'Air Liquide ait fait 1,2 milliard de bénéfices en 2009. Après la venue régulière d'huissiers, les grévistes qui bloquent l'entrée sont assignés en référé jeudi 4 mars. C'est tout ce que la direction a trouvé à répondre aux revendications !

L'UDCGT du Rhône organise un rassemblement de soutien aux grévistes de Feyzin mercredi 3 mars à 11h devant l'usine. Soyons nombreux à venir les soutenir !

Rénolift - Meyzieu (69)

Après une nuit de réflexion « forcée », Ruget lâche la prime

Brève
23/02/2010

Après avoir retenu trois dirigeants du groupe Ruget toute la nuit de lundi à mardi, les salariés de l'entreprise Rénolift de Meyzieu viennent d'obtenir la prime supplémentaire de 8 000 € qu'ils réclamaient depuis des semaines.

Cette prime n'est qu'une mince compensation pour les 103 travailleurs qui vont perdre leur emploi - et leur revenu - avec la fermeture de l'usine en mars.

Mais il a fallu une longue nuit de réflexion un peu forcée pour que Ruget, qui a déjà ouvert et fermé plusieurs entreprises dans l'agglomération, finisse par la concéder.

Si c'est bien le minimum du minimum que Ruget paie cette prime, il serait encore plus normal que le groupe Schindler, spécialisé dans les ascenseurs et ancien propriétaire de l'entreprise, assure le maintien de tous les emplois. Client quasi-unique de l'entreprise, c'est lui qui a mis Rénolift en difficulté en lui supprimant ses commandes.

Raffinerie Total de Feyzin (Rhône)

Grève massivement suivie

Brève
18/02/2010

Les travailleurs de la raffinerie Total de Feyzin se sont mis massivement en grève, mercredi 17 février, en même temps que ceux des autres raffineries du pays, en soutien avec les travailleurs de Total à Dunkerque, dont la raffinerie doit fermer.

Mais aussi parce qu'ils craignent pour leur propre avenir, car rien ne prouve que d'autres raffineries ne vont pas suivre. Ceux du Centre de recherche de Solaize étaient aussi présents dans la grève pour les mêmes raisons.

Alors que les syndicats appelaient, nationalement, à 48 heures de grève, les grévistes de Feyzin ont voté la grève illimitée. Car leur colère est grande, et l'annonce de suppressions d'emplois, alors que Total a fait 7,8 milliards d'euros de bénéfices en 2009, ne passe pas.