Rhône

Chauffeurs de bus en colère

Brève
28/06/2007

Les chauffeurs de bus de Connex Rhodalia (Veolia) de Saint-Fons ont fait une semaine de grève suite à une tentative d'incendie samedi 16 juin dans un bus de la ligne 101 (Lyon-Vienne via Givors-Grigny), invoquant leur droit de retrait.

Depuis des mois, ils avaient signalé à leur direction la nécessité et l'urgence de sécuriser les conducteurs et les usagers de cette ligne sur laquelle les incidents sont fréquents. Un bus avait déjà été incendié en décembre.

Mais la situation n'est guère meilleure sur les autres lignes sous-traitées à la Connex pour le département du Rhône et le Sytral.

Outre les incidents, les grévistes dénoncent la vétusté des bus, les conditions de travail et des salaires d'à peine 1000 euros. Face aux revendications, la direction n'a pas trouvé d'autre réponse que d'une part éviter de passer dans certains quartiers, ce qui pénalise les usagers, et d'autre part la mise à pied de grévistes. En l'absence de réponse à leurs problèmes, les conducteurs ont déposé un préavis de grève pour le 2 juillet.

Toujours pas de pré-retraite amiante

Brève
28/06/2007

Une fois de plus, l'inscription "amiante" des usines Renault-Trucks et Arvin Meritor (ex- RVI) de Vénissieux et Saint-Priest a été refusée.

Après le refus du ministère, cette fois, c'est le tribunal administratif qui s'est prononcé, invoquant un problème de procédure.

Bien que des ouvriers soient touchés par la maladie de l'amiante et que plusieurs en soient déjà décédés, le refus de l'incription ne permettra pas aux travailleurs de partir en retraite anticipée, même s'ils ont été en contact avec l'amiante.

Cependant le même tribunal a accordé ce droit aux travailleurs de l'usine Irisbus (ex-RVI) d'Annonay, qui étaient exposés dans les mêmes conditions. La principale différence, c'est que pour Annonay c'est la direction qui demandait l'inscription, alors qu'à Vénissieux et Saint-Priest elle ne le souhaite pas et la demande était faite par l'APER, association de victimes de l'amiante.

Marseille

L'étiquette c'est l'étiquette

Brève
21/06/2007

Le tramway est prêt. Les rames circulent à vide. Après plus de 700 jours de travaux, d'embouteillages, de bruits et d'ennuis les usagers des transports en commun devront encore attendre... que Sarkozy ait un moment de libre pour l'inauguration, c'est à dire pas avant la fin du mois de juin.

Utiliser un tramway avant le président doit être un crime de lèse président.

Lyon

Embaucher des enseignants plutôt que construire des prisons

Brève
14/06/2007

La prison pour mineurs de Meyzieu, dans la banlieue de Lyon, a ouvert le 13 juin. Les jeunes détenus ont commencé à être transférés depuis la prison Saint-Paul de Lyon. D'autres le seront bientôt, venant d'autres prisons de la région.

Bien sûr, les jeunes seront probablement mieux qu'à Saint-Paul, vétuste et surchargée, ce n'est pas difficile. Mais les problèmes soulevés par les personnels éducatifs de la nouvelle prison posent bien des questions sur la volonté de l'administration de privilégier l'éducation.

Cela va dans le sens de la politique de Sarkozy qui est de préférer la répression à l'éducation. Les projets du nouveau gouvernement vont remplir encore davantage les prisons.

Plutôt que de construire des prisons pour mineurs, il vaudrait mieux arrêter de supprimer des postes d'enseignants et en embaucher davantage, en particulier pour les écoles des quartiers populaires, où les enfants devraient pouvoir trouver ce que leur famille n'est pas toujours en mesure de leur apporter.

Oyonnax (Ain)

Vistéon : la direction revoit le montant des indemnités

Brève
14/06/2007

Face aux conséquences de la grève, qui a provoqué l'arrêt des chaînes de montage des usines PSA à Sochaux et Mulhouse et en partie celles de Citroën à Aulnay-sous-Bois, la direction de Vistéon a finalement choisi, dès lundi soir 11 juin, d'augmenter les indemnités de licenciements. La prime passe ainsi de 2 000 à 3 000 euros par an pour ceux qui ont moins de 10 ans d'ancienneté, jusqu'à un plafond 50 000 euros au lieu de 26 000 euros pour les plus anciens.

Devant ces nouvelles propositions, une majorité de grévistes décidait de suspendre la grève. Les suppressions d'emplois demeurent avec toutes les conséquences pour la vallée. Visteon aurait bien sûr les moyens de maintenir l'emploi. C'est un grand groupe dont les actionnaires sont richissimes, comme le fonds d'investissement Pardus qui lorgne actuellement sur l'équipementier Valeo. Les travailleurs n'attendent rien non plus des propositions de reclassement qui vont être faites par Vistéon dans quelques jours et le sort des 131 travailleurs restant n'est pas réglé.

Cela dit, c'est la grève, la seule arme efficace pour les travailleurs, qui a permis de quasiment doubler les indemnités.