ZF Mécacentre – Saint-Étienne

L'entourloupe ne prend pas

Brève
11/03/2021

Devant ZF Mécacentre le 10 mars 2021

     L'usine ZF Mécacentre est en grève totale depuis mercredi 9 mars. Depuis plus d'un an, des managers mercenaires d'un cabinet spécialisé sont présents pour tenter de faire passer les sales coups de la direction. Mais, malgré les 2000 € par jour que ça coûte à l'entreprise, ils ont bien du mal à imposer leurs quatre volontés aux salariés. Déjà, une grève en septembre dernier les avait contraints à renoncer à des sanctions contre des travailleurs.

     Cette fois-ci, c'est lors des négociations salariales qu'ils ont tenté une manœuvre : alors qu'un accord avait été trouvé, les syndicats ont découvert que la direction avait glissé, sans en discuter, une "prime de retournement" de 400 € brut, destinée à faire accepter à l'avance aux travailleurs les futurs licenciements. Comme disait l'un d'eux : « 400 € notre dignité ? Ils ne nous estiment vraiment pas chers ! ».

     En tout cas, l'entourloupe n'a pas pris, et à la place des remerciements que la direction attendait peut-être pour cette aumône empoisonnée, elle a récolté la grève.

Collège Dargent - Lyon

Non à la suppression d'un poste de CPE

Brève
09/03/2021

Rassemblement devant le collège Dargent le 8 mars 2021

    Pour faire des économies, l'académie de Lyon a annoncé la suppression de dix postes et demi de CPE (conseillers pédagogiques d'éducation). Au collège Dargent, deux CPE assurent l'encadrement des 750 élèves. Elles ont du travail par dessus la tête. Alors, quand le rectorat a annoncé qu'à la rentrée 2021, il n'en resterait qu'une, l'indignation a éclaté.

     Lundi 8 mars, près d'une centaine de personnes se sont retrouvées devant le collège, enseignants, agents, surveillants et parents d'élèves, pour dénoncer cette suppression de poste qui ne pourrait qu'aggraver les conditions de travail de tous et nuirait au bon accueil des élèves. Une pétition circule parmi eux à l'initiative de plusieurs élèves. Tous ont décidé d'aller manifester mercredi devant le rectorat avec les autres établissements touchés.

Caluire-et-Cuire (Rhône)

Non à l’expulsion du Duracuire ! Un logement pour tous

Brève
07/03/2021

     Mercredi 3 mars, une soixantaine de migrants et leurs soutiens ont manifesté devant l’hôpital du Vinatier. Ils protestent contre leur expulsion programmée d’un bâtiment de Caluire surnommé le Duracuire où ils logent depuis plus d’un an : un ancien Centre Médico-Psychologique pour enfants et adolescents dépendant du Vinatier, que l’hôpital a fermé en 2017, avec l’objectif de vendre le bâtiment. Depuis fin 2019, ce bâtiment vide héberge une partie des migrants expulsés du squatt « Amphi Z » de Villeurbanne, dont plusieurs familles avec enfants, que l’État a jetés dehors sans leur proposer de logement.

     Au-delà des choix choquants de la direction du Vinatier, c’est toute la politique de l’État dévoué au service des riches qui est en cause : il impose aux hôpitaux d’adopter une logique d’économies tous azimuts pour mieux arroser d’argent le grand patronat, et il laisse dormir dans la rue des centaines de milliers de personnes en refusant de réquisitionner les logements vides par respect de la sacro-sainte propriété privée.

Nuages de sable saharien

Retombées radioactives

Brève
01/03/2021

     Comme cela se produit parfois, des nuages de sable provenant du Sahara ont envahi l’est du pays début février, provoquant dans la région un "ciel orange". Dans ces nuages de sable, un scientifique a détecté des particules de Césium 137. Ce radioélément n’est pas présent naturellement dans le sable mais est issu de réactions nucléaires.

     Il pourrait provenir des essais nucléaires effectués  dans le Sahara par la France, dans les années 1960. Lors des essais et après, des militaires et des habitants du désert ont été touchés par cette pollution radioactive, et les autorités françaises continuent de traîner les pieds pour dépolluer et évacuer les matériels radioactifs laissés sur place.

     Plus de 50 ans après, ces essais nucléaires continuent de faire des dégâts. Il serait même possible que leurs traces arrivent jusqu'en France. Un retour à l'envoyeur ?

Rhône-Alpes-Auvergne

Wauquiez bétonne les profits

Brève
28/02/2021

En 2020, la presse locale saluait le « retour au pays » du cimentier Vicat qui ramenait son siège social de Paris à L’Isle-d’Abeau, près de Lyon. Cette même année, le bénéfice net de ce groupe est de 156 millions d’euros, en hausse de 4,8 %. Quant à son chiffre d’affaires, il progresse de 2,4 % et atteint 2,8 milliards d’euros.

Lors du déménagement du siège, la Région avait versé à Vicat des millions d’euros. La somme exacte n’est pudiquement pas publiée ! Mais cette société a bénéficié de l’aide « à la relocalisation des sièges d’entreprises » et de celle liée au « plan de relance des entreprises »… La Région, à l’initiative très médiatisée de son président Laurent Wauquiez, a engagé au total 220 millions d’euros pour ces deux opérations-cadeaux.

Voilà des millions, issus de nos impôts, qui auraient été beaucoup plus utiles pour l’entretien des lycées, l’amélioration des transports, pour embaucher les précaires ou augmenter les salaires de tous ceux travaillant pour la Région. Mais autant demander du lait à un bouc !