Région lyonnaise

Ce n'est pas aux travailleurs de payer la crise

Brève
10/11/2008

Les hommes politiques au gouvernement ont fini par reconnaître que la crise politique est grave. mais s'ils le reconnaissent, c'est pour faire accepter aux travailleurs les mesures qui se préparent contre eux.

Déjà dans la région, pour ne citer que quelques exemples, Renault Trucks à Vénissieux et à Bourg-en-Bresse, Bosch à Vénissieux, Arvin Meritor et Montabert à Saint-Priest, ACI à Villeurbanne suppriment des centaines d'emplois d'intérimaires.

De plus Renault Trucks et Arvin Meritor prévoient du chômage technique en fin d'année, alors qu'à Bosch, ce sont 31 jours chômés qui sont prévus, avec partout des pertes de salaires pour les travailleurs.

Toutes ces entreprises ont usé leurs salariés au travail pendant des années pour leur extorquer des profits qui viennent de partir en fumée. Et elles voudraient faire passer la facture une deuxième fois !

Les travailleurs n'ont pas à payer pour la bourgeoisie qui a conduit la société à ce désastre. C'est aux capitalistes, aux banquiers, au patronat de payer pour les pots qu'ils ont eux-mêmes cassés.

Saint-Fons (Rhône)

Dangereux et radins

Brève
10/11/2008

Dans le cadre de son plan de prévention des risques majeurs, la commune de Saint-Fons a prévu d'alerter la population, en cas d'incident, par un réseau de fibres optiques reliées à des haut-parleurs. Coût de l'opération : 136 000 euros.

Les différentes entreprises de la plateforme chimique ont en choeur refusé de mettre la main à la poche, disant qu'elles payaient déjà la taxe professionnelle.

Ce sont pourtant bien ces entreprises, classées Seveso 2, qui sont un danger ! C'est à elles de payer, et pas aux habitants à qui elles font courir des risques.

Rhône

Carrefour condamné à payer

Brève
29/10/2008

Vendredi 24 octobre, les magasins Carrefour d'Ecully et de Givors ont été condamnés à verser 3000 euros d'amende à l'État pour chacun des 429 employés concernés par l'infraction, dans ces deux magasins, soit près de 1,3 million d'euros au total. En effet, les salariés concernés gagnaient moins que le Smic, hors primes, car Carrefour intégrait une pause payée dans le calcul du Smic.

Cependant, pour toucher les sommes qui leur sont dues, les salariés devront déposer individuellement des dossiers devant les conseils de prud'hommes. Et de plus Carrefour a fait appel.

En fait, dans tout le pays, beaucoup de travailleurs ont un salaire qui n'atteint le Smic que grâce à des primes. Alors, pour une fois qu'une entreprise (dont les dirigeants sont parmi les plus riches du pays) est reconnue en infraction par un tribunal et condamnée, on ne peut que se réjouir !

Vénissieux (Rhône)

Le PDG de Renault Trucks déclare la guerre aux travailleurs

Brève
29/10/2008

Dans une déclaration diffusée en vidéo dans l'entreprise, M. Chmielewski, PDG de Renault Trucks, annonce aux salariés ce qui les attend pour la période à venir.

Il prévoit des restructurations, des réductions de coûts et de dépenses, de la flexibilité et de la discipline.

Et quand, prévoyant des moments difficiles, il promet "nous allons transpirer, verser des larmes de sang", on se doute à qui il réserve les sacrifices. Pour les intérimaires, c'est déjà la porte avec le non-renouvellement de leur contrat, et aux autres on promet l'obéissance et les souffrances.

Mais côté sueur, les ouvriers ont déjà bien trop donné pour tous les profits réalisés ces dernières années. Alors s'il y a des sacrifices à faire, c'est aux actionnaires qu'il faut les demander, ceux qui, par exemple, n'hésitent pas à débourser 200 000 euros pour "se faire plaisir" en s'offrant une voiture de luxe, dont le marché est en pleine croissance à Lyon.

Lyon

Des mandarins qui pleurent la bouche pleine

Brève
17/10/2008

Après la grève administrative en septembre de quelques 500 médecins spécialistes et chirurgiens qui exercent en "privé" au sein des hôpitaux publics, ce sont les chirurgiens libéraux et hospitaliers qui sont en grève cette semaine, à l'appel d'un syndicat très corporatif, l'Union des Chirurgiens de France (l'UCDF). A Lyon, cette grève serait suivie à 80 %, dans le privé essentiellement.

Que ce soit en septembre ou aujourd'hui, ces messieurs réclament un meilleur revenu.

Il y a un mois, ils ne voulaient pas d'augmentation de leur redevance pour l'utilisation des équipements publics mis à leur service. Là, ils réclament un meilleur remboursement des actes par la Sécurité sociale, et la liberté d'imposer les honoraires de leur choix.

Ces professionnels exercent sans doute un métier très honorable, mais il ne sont pas pour autant sur la paille.

D'après un rapport de 2007 du "Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance maladie", demandé par le gouvernement, de plus en plus de spécialistes sont en secteur 2 et la progression des dépassements d'honoraires a doublé en quelques années. Il est noté que le revenu moyen annuel d'un spécialiste, charges déduites et avant impôt, est de 113 000 euros, avec une grande disparité il est vrai, mais les chirurgiens sont plutôt dans le haut.

De toutes façons, ces mandarins n'ont pas grand chose à craindre du gouvernement, qui consacre de moins en moins d'argent au public et qui favorise l'installation des cliniques privées, particulièrement à Lyon.

La santé est ainsi devenue "rentable", sur le dos de la Sécu entre autres. Mais certains en redemandent encore plus. Que les usagers aient de plus en plus de mal à se soigner, c'est le cadet de leurs soucis.