Usine chimique du Pont-de-Claix (banlieue de Grenoble)

Le marché du poison “agent orange” rapportait

Brève
26/01/2021

50 ans après les faits, un procès historique vient de s’ouvrir à Paris à l’initiative d’une Franco-Vietnamienne, soutenue par de nombreuses associations, qui assigne en justice 14 multinationales de l'agrochimie pour avoir produit un défoliant “l’agent orange”.

Durant la guerre du Vietnam (1960-75), l’armée américaine a déversé par avion des tonnes de cette arme chimique contenant de la dioxine, l’un des poisons les plus toxiques qui a empoisonné la population sur plusieurs générations.

En France à Pont de Claix, dans l’usine Progil de l’époque, un atelier “les hormones” fut spécialement conçu pour la fabrication du 2,4-D et du 2,4,5-T constitutifs de l’agent orange. Ce produit partait directement à Saïgon, via Rotterdam.

Gouvernement et patrons français, qui ne seront pas sur le banc des accusés, ont pourtant aussi des comptes à rendre sur cet empoisonnement.

Lyon

Non aux centres de rétention pour les migrants

Brève
25/01/2021

     A Lyon, la construction d’un nouveau centre de rétention administrative (CRA) est lancée, avec ouverture prévue en 2022 : c’est une véritable prison où l’État peut enfermer, jusqu’à 90 jours, des migrants qui n’ont commis aucun vol, aucun crime, mais qui n’ont pas le bout de papier en règle qui leur permettrait de vivre ici.

     Les différents CRA qui existent déjà, dont celui de l’aéroport Saint-Exupéry, sont des lieux où les conditions de vie et d’hygiène sont indignes, et qui ont favorisé la transmission du covid ces derniers mois.  Par ailleurs, des faits de violences physiques de la part des policiers, ou d’humiliations comme des fouilles à nu, sont régulièrement rapportées. Ces lieux sont à l’image de la barbarie que représentent les frontières et la chasse aux migrants actuelle.

     Lutte ouvrière s’associe à l’appel à un rassemblement pour l’arrêt de cette construction et pour la fermeture de tous les centres de rétention, ainsi que pour la régularisation de tous les sans-papiers :  

samedi 30 janvier à 10h place Bellecour,

 

Lyon - Crise sanitaire et étudiants

Les irresponsables sont au gouvernement

Brève
22/01/2021

     Jeudi 21 janvier plusieurs centaines d'étudiants ont défilé dans les rues de Lyon pour réclamer la réouverture des facs et protester contre le mépris dont ils sont l'objet. Le suicide récent de deux étudiants et la tentative d'un troisième a en effet secoué tout le monde.

     Nombreux sont ceux qui ont perdu le travail qui leur permettait de vivre. Pour les étudiants de première année qui n'ont pas eu le temps de former des liens avant le confinement, à la précarité s'ajoute l'isolement. Pour tous c'est l'absence totale de visibilité et de perspective pour les mois à venir.

     Leur colère est renforcée par le fait que le gouvernement n'hésite pas à entasser les élèves à 30 par classe du primaire aux classes préparatoires et que pour ceux qui peuvent se payer des écoles supérieures privées, les règles ne s'appliquent pas.

     Pour masquer son irresponsabilité, le gouvernement pointe du doigt celle supposée de la population et en particulier les jeunes. Les manifestants d'hier on montré qu'ils n'étaient pas dupes et ne voulaient pas se laisser faire.

Lyon – Marcy-l'Étoile

Sanofi recherche encore et encore... des profits !

Brève
19/01/2021

     Mardi 19 janvier, près de 300 salariés du site de production de vaccins Sanofi-Pasteur à Marcy-L'Etoile ont débrayé plusieurs heures à l'appel des syndicats – dont la CGT (sauf la CFTC, syndicat majoritaire). Sanofi encaisse des milliards de profits et touche des millions de l’État, à travers le CICE, le Crédit Impôt Recherche, les précommandes de vaccin et les 200 millions de Macron venu lui-même sur le site en juin dernier... et que fait-il avec ?

     Comme l’affirme une gréviste : « La direction annonce encore des augmentations nulles de salaire alors que les tâches demandées sur nos fiches de postes ne cessent d’augmenter ! ». Pas d’embauches non plus ! En pleine crise sanitaire, le groupe pharmaceutique a supprimé près de 400 postes dans la recherche et ne recrute pas dans la production.

     Les travailleurs de Sanofi en grève ont pu discuter, de leurs conditions de travail, de la politique de Sanofi. Se préparer à lutter est le seul moyen pour faire reculer ces groupes capitalistes qui sont pleins aux as !

 

ORANGE

Des méthodes révoltantes

Brève
18/01/2021

Les sous-traitants d'Orange en manifestation le 18 janvier 2021

     Orange sous-traite le démarchage à domicile pour vendre des raccordements de fibre optique. L'entreprise SALES IN MOTION emploie pour cela 140 travailleurs. Ils doivent être auto-entrepreneurs donc sans contrat de travail. En cas de conflit avec leur employeur, ils se retrouvent sans travail, sans revenu et sans indemnité de chômage. Ils doivent aussi fournir leur véhicule pour travailler comme s’ils étaient indépendants. Mais ce sont les deux employeurs, SALES et ORANGE qui désignent les villes et zones à prospecter, les objectifs de vente, fixent la rémunération et sanctionnent s'ils ne sont pas satisfaits. En plus ils ne payent les vendeurs que lorsque le raccordement est effectué, par un autre sous-traitant, qu'il fonctionne et que le client a émis un avis favorable.

     Ce n'est rien d'autre que du travail à la tâche, par des travailleurs pieds et poings liés. Depuis quelques mois plusieurs d'entre eux revendiquent de meilleures conditions d'emploi. Ils manifestent devant des sites ou des boutiques Orange, malgré le confinement. Ils ont aussi entamé des démarches juridiques pour être reconnus salariés. Lundi 18 janvier ils étaient à Lyon devant le nouveau bâtiment d'Orange Lyon Lacassagne. Ils ont bien l'intention de continuer.