Non aux suppressions d’emplois !

Communiqué
06/03/2014

Je condamne les suppressions d'emplois annoncées par Renault Trucks lundi 3 mars : 1300 en France, dont 508 en CDI (environ 5% des effectifs), les autres étant des intérimaires, CDD, prestataires de service et consultants.

La direction invoque une baisse des ventes et du chiffre d'affaires de l'entreprise. Mais sur l'ensemble de Volvo, il y a eu 430 millions de bénéfices en 2013, ce qui n'empêche pas Volvo de supprimer des postes dans tout le groupe, 4400 au total, y compris dans les secteurs bénéficiaires. Ce sera donc le chômage pour les uns et plus de travail pour ceux qui resteront.

Pendant ce temps, les actionnaires toucheront autant en 2014 qu'en 2013. Le but est donc de leur verser toujours plus quelles que soient les circonstances, en diminuant la part consacrée aux salaires par des suppressions d'emplois.

Les travailleurs n'ont pas à faire les frais des réorganisations. Ces dix dernières années, le groupe Volvo a accumulé suffisamment de profits pour pouvoir maintenir tous les emplois et les salaires. Aussi, il est vital pour les travailleurs d'imposer, par leurs luttes, l'interdiction des licenciements et le partage du travail entre tous, sans baisse de salaires.

Marie-Christine Seemann et Jean-Pierre Tardy, retraité de Renault Trucks, têtes de la liste « Lutte Ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs » de Vénissieux

Marie-Christine SEEMANN