Nathalie Arthaud prône toujours la révolution à la fête de Lutte ouvrière

Article de presse
23/09/2018

Le discours de la porte-parole de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud, était très attendu à l'espace Mosaïque à Saint-Priest (Photo Stéphane GUIOCHON)

Devant ses sympathisants, elle s’est employée à démolir un système capitaliste responsable de « trop de fléaux ».

Comme toujours, les militants et sympathisants de Lutte ouvrière se retrouvent ce week-end à l’espace Mosaïque de Saint-Priest pour leur fête annuelle. Plusieurs centaines de militants accueillis par la banderole « Faire entendre le camp des travailleurs » participent depuis samedi après-midi et jusqu’à ce soir dimanche à diverses activités : des débats – sur la grève des cheminots ou la lutte des verriers de Givors –, ou des ateliers scientifiques : la logique des machines électriques ou les ondes gravitationnelles. Sans oublier les stands de livres, les spectacles et les jeux pour enfants et les repas partagés. Car la dimension festive est importante dans cette rencontre qui ne se veut pas que politique, mais réellement conviviale.

Beaucoup comme Maxime et Cécile, grenoblois de 25 ans et sympathisants de LO, qui viennent pour la première fois à cette manifestation entendent allier les deux aspects : « C’est vraiment l’occasion de pouvoir échanger avec d’autres sur des thématiques qui ne sont pas facilement abordables au travail. Ici, on peut parler de notre engagement communiste et révolutionnaire ». Même s’ils ne sont pas spécifiquement venus pour cela, ils sont toutefois très intéressés par le discours de Nathalie Arthaud qui intervient une vingtaine de minutes samedi en fin d’après-midi.

La leader de LO, deux fois candidate à l’élection présidentielle, n’a pas raté une seule de ces fêtes même depuis qu’elle a quitté la région lyonnaise pour l’île de France. Avant Montpellier ce dimanche, Rennes et Toulouse la semaine prochaine, elle s’adresse aux cinq ou six cents personnes réunies à Saint-Priest pour défendre, avec une constance que rien n’ébranle, son idéal révolutionnaire et le faire partager. Emmanuel Macron et son « comportement écœurant » avec le jeune horticulteur qu’il a récemment invité à aller faire la plonge dans un restaurant ou manœuvre sur un chantier en prend pour son grade.

Mais au-delà de ce « représentant de la bourgeoisie qui, jeune, n’a pas eu besoin de travailler avant de faire l’ENA, banquier chez Rothschild et le cabinet de Hollande », c’est le système capitaliste et ses profiteurs qui sont la cible de toutes les attaques de Nathalie Arthaud. « Ce système injuste et inégalitaire est aussi fou et irrationnel ». Elle appelle à l’abattre : « il est responsable de trop de fléaux ». Une fois n’est pas coutume, évoquant une situation qui se détériore toujours plus, elle cite un socialiste, Léon Blum, « qui dénonçait le mur de l’argent » et un écologiste, Nicolas Hulot, qui « a mis en cause le système des lobbies, c’est la même dénonciation ». Que le monde ouvrier reprenne le pouvoir des mains des capitalistes demeure donc la seule solution pour « sauver l’humanité de la barbarie ».

La fête se prolonge ce dimanche.

Michel RIVET-PATUREL

Photo Stéphane GUIOCHON

© Le Progrès (23/09/2018) - Droits de reproduction et de diffusion réservés