Le Progrès - Villefontaine :  Clément Bordes mène une liste Lutte Ouvrière

Article de presse
28/02/2014

C'est inédit dans la commune et en Nord-Isère. Le parti d'extrême gauche Lutte Ouvrière présente une liste de 33 personnes aux élections municipales de Villefontaine. Elle est menée par Clément Bordes, enseignant de 28 ans et Villard depuis 2001. C'est la cinquième liste officielle de la commune.

Entouré d'une partie de ses colistiers au café Jean-Jaurès, comme un symbole, Clément Bordes explique les raisons de leur engagement : « Nous sommes résolument dans le camp des travailleurs. Nous voulons stopper le chômage, les bas salaires et la précarité.  » Selon lui, les problèmes locaux, et notamment le taux de chômage - « Il est de 11 % à Villefontaine !  »- découlent des enjeux nationaux. Et notamment du rapport de force défavorable entre ouvriers et patronat. « Tous les grands de ce monde nous disent, la bouche pleine, que c'est la crise. Or, nous, les ouvriers, nous la vivons au quotidien. Il faut une loi pour interdire les licenciements.  » Les municipales sont donc l'occasion, pour Lutte ouvrière, « d'infliger un désaveu au gouvernement  ».

Clément Bordes et ses colistiers ne perdent toutefois pas de vue la politique locale. À aucun moment ils n'ont songé à une quelconque alliance à gauche. « Nous sommes très loin des idées des autres candidats.  »

Forcément un caillou dans la chaussure de Frédéric Hugon, le candidat PS. Ce dernier a vu, il y a une dizaine de jours, les communistes délaisser la liste du Front de Gauche pour rallier la sienne. Mais Clément Bordes l'assure : « Aucun déçu du Parti de gauche ne nous a rejoints. Notre liste est établie depuis plusieurs semaines.  »

Novice à ce niveau, le jeune homme pourra profiter des conseils de sa mère, Christiane Bordes. Candidate LO aux législatives en 2012, elle est 6e sur la liste de son fils. S'il est lucide sur ses maigres chances de victoire, Clément Bordes garde tout de même un objectif en tête : « Nous ne sommes pas là pour faire de la figuration. Nous voulons faire le score le plus élevé possible pour siéger au conseil municipal. »

Alexandre Ollivieri

© Le Progrès - Édition de l'Est lyonnais (28/02/2014)

Droits de reproduction et de diffusion réservés