La Dépêche du Midi :  Nathalie Arthaud : "Il y aura des luttes"

Article de presse
11/04/2012

Arlette Laguiller n'est plus là mais l'expression demeure. Pour Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte ouvrière qui a rassemblé hier soir 400 personnes salle Barcelone à Toulouse, nous sommes toujours des « travailleurs et des travailleuses ». « Ils font partie d'une classe d'exploités, dit-elle. Même si le mot n'est plus à la mode, la réalité est bien là. »

La porte-parole de LO oppose au catalogue « des promesses non-tenues » de ses adversaires, son « programme de lutte ». Elle martèle trois propositions : l'interdiction des licenciements - « pas des licenciements boursiers, des licenciements tout courts » précise-t-elle ; l'indexation des salaires sur les prix ; et le contrôle par les salariés de l'argent des entreprises. La dette, dont elle dit refuser « le chantage », elle veut « la faire payer à la bourgeoisie. Si elle a été contractée, c'est au bénéfice des banquiers et des grands groupes  ».

Elle place en tête des priorités la lutte contre le chômage, « le fléau des classes populaires. Il faut obliger les patrons à garantir l'emploi en utilisant leurs dividendes. Ils disent les profits sont sacrés mais ce sont l'emploi et les salaires qui doivent être sacrés ». Et prophétise : « Nous pensons qu'il y aura des luttes. Nous militons pour une révolte ». Elle évoque enfin les tueries de Toulouse et de Montauban : « J'en condamne l'instrumentalisation. L'UMP et le FN ont cherché à exploiter ce drame. C'est abject. Si le gouvernement voulait créer une psychose, il ne s'y prendrait pas autrement ».

© La Dépêche du Midi - Sébastien Marti - le 31 mars 2012