La Dépêche du Midi - Hautes-Pyrénées :  Tarbes. LO : « Nous voulons une échelle mobile des salaires »

Article de presse
08/10/2011

AR.P.

La lutte ne fait que commencer. Après Saint-Brieuc et Mulhouse, Nathalie Arthaud s'est arrêtée à Tarbes. La candidate Lutte ouvrière à l'élection présidentielle a encore une quarantaine d'étapes à accomplir pour boucler son tour de France de campagne.

« Partout, je vois des petites entreprises qui ferment, des grosses entreprises qui licencient... Il y a de la misère et de la pauvreté dans tous les quartiers populaires », estime Nathalie Arthaud. Son programme, nourri « des convictions communistes de LO » : « Nous voulons interdire les licenciements. Le travail, il y en a. Il faut le répartir entre les travailleurs qu'il faut bien payer. De l'argent, il y en a dans la société. Il faut aller le chercher et faire payer les entreprises et les patrons », détaille Nathalie Arthaud. « Ce sont les profits qui doivent devenir les variables d'ajustement, pas les emplois », insiste-t-elle. Inquiète du pouvoir d'achat « des travailleurs et des retraités », Nathalie Arthaud plaide pour « une augmentation des salaires et des pensions mais aussi une échelle mobile des salaires ». « La crise ne doit pas faire renoncer les travailleurs à leurs revendications sur les salaires et le pouvoir d'achat. On nous parle de dette mais ce n'est pas la dette des travailleurs. Il ne faut pas céder au chantage du gouvernement sur la dette : on ne doit pas demander de sacrifices supplémentaires aux travailleurs », martèle la candidate LO qui poursuit : « L'économie marche sur la tête. Il faut la réorganiser sans les lois du marché, sans la concurrence en répondant aux besoins de tous ».

© La Dépêche du Midi, le 16 septembre 2011