Elections européennes - Liste Lutte ouvrière

42 - Antoine Colin

Enseignant-chercheur
Charente-Maritime

À l'université où je travaille, des cours sont remplacés depuis cette année par des heures de « travail en accompagnement » (TEA), sans enseignant en permanence, pour faire des économies. Et à la prochaine rentrée, les frais d'inscription des étudiants étrangers doivent passer de 170 à 2 770 euros en licence, et à 3 770 euros en master. Plusieurs de mes étudiants, qui travaillent déjà pour payer nourriture et loyer, risquent de devoir abandonner leurs études en France. Une mobilisation rassemble étudiants étrangers, français et salariés de l’université contre ces mesures rétrogrades.

Ma ville fournit un exemple parlant d’une reprise reprise économique, dans l’industrie nautique, qui profite au seul grand patronat. Dopées par les commandes de bateaux de plaisance de luxe, les entreprises du secteur embauchent peu mais tentent d’imposer heures supplémentaires, travail du samedi et travail posté en horaires 2x8, ce qui entraîne une explosion du nombre d’accidents de travail. Ils s’ajoutent aux risques dus à l’inhalation de solvants toxiques et de poussières, pour des salaires proches du Smic. Cela montre à quel point les intérêts des travailleurs et des capitalistes de ce pays sont opposés.

Tous les candidats