Elections européennes - Liste Lutte ouvrière

36 - Jean Camonin

Technicien de maintenance
Essonne

Je vis à Corbeil-Essonnes, ville ouvrière de la grande banlieue sud de Paris. Depuis peu retraité, j’ai travaillé 25 ans dans une grande entreprise de l’aéronautique de la ville,

Avant j’avais travaillé plusieurs années comme intérimaire. Puis j’ai subi un licenciement économique avant d’arriver en Île de France.

Aujourd’hui quand un jeune a la chance de trouver un travail, c’est la précarité assurée. Autour de Corbeil une multitude de boîtes de logistiques se sont montées dans de vastes zones industrielles. On peut croiser à n’importe quelle heure jour et nuit des travailleurs à pied pour aller bosser faute d’argent pour la voiture et faute de transport collectif !

Ces boîtes de logistique sont de grands groupes capitalistes, sous-traitants de toutes les chaînes de super et hypermarché. Cette mise en concurrence permanente met constamment les salariés sous la menace de perdre leur emploi. Résultat de cette pression sur les ouvriers ? Les horaires varient sans cesse, et le salaire minable pousse à courir toute le journée pour obtenir la prime de rendement. Les journées sont épuisantes… il y a peu des travailleurs en grève me racontaient qu’il était devenu habituel que chaque semaine un copain de boulot parte en ambulance suite à un accident de travail.

Rien ne peut justifier une organisation aussi absurde et inhumaine, avec d’un côté des chômeurs et de l’autre des salariés qu’on épuise au boulot... sauf la rapacité des riches patrons et actionnaires qui veulent toujours plus de profit.

Ce que le jeunesse ouvrière apprend de la réalité de l’exploitation capitaliste, c’est l’école de la révolte !

Télécharger ce média

Tous les candidats