Elections européennes - Liste Lutte ouvrière

18 - Jean-Marie Nomertin

Employé
Guadeloupe

Je m’appelle Jean Marie Nomertin. Je suis né le 29 janvier 1965 à Capesterre-Belle eau en Guadeloupe et j’y vis. Je suis aussi porte parole de l’organisation trotskyste Combat ouvrier en Guadeloupe.

J'ai travaillé très tôt comme employé de commerce, ensuite comme ouvrier agricole de la banane. J’ai vu combien les pesticides et en particulier le chlordécone décimaient mes camarades de travail. 

Ce sont les gros planteurs békés qui ont introduit ce produit. Ces descendants des vieilles familles esclavagistes du passé n’ont rien perdu de leur esprit d’exploiteur méprisant envers les travailleurs Noirs et Indiens.

L’un des deux plus riches patrons békés locaux, vient de reculer face aux travailleurs lors de la grève de 80 jours des travailleurs de carrefour Milénis-Promocash.

Ces luttes sont deux fois plus fréquentes que dans l’hexagone ! La raison tient aux séquelles du colonialisme dans des pays ayant avant connu trois siècles d’esclavage jusqu’en 1848.

Car les travailleurs antillais subissent en plus de l’exploitation capitaliste l’exploitation coloniale et le racisme des patrons blancs qui forment la grande majorité du patronat. Le patronat noir et indien, minoritaire, n’en est pas moins exploiteur.

C’est ce que vivent aussi mes frères de classe des outre mers français, toutes ex colonies françaises.

En liaison avec nos frères de classe de l’hexagone, voter Nathalie Arthaud, voter Lutte ouvrière, ce sera voter contre l’exploitation capitaliste et coloniale. Quel que soit le taux de participation, qui est très faible outre mer, nous le savons, ces voix-là compteront. Elles compteront car elles marqueront la volonté des travailleurs et des pauvres de changer leur sort, pour eux-mêmes et par eux-mêmes.

Tous les candidats