Elections européennes - Liste Lutte ouvrière

43 - Renée Potchtovik

Factrice
Oise

Quand je suis arrivée à Beauvais, il y avait de grandes usines qui employaient des milliers d’ouvriers. 2 500 chez Bosch, autant chez Nestlé, chez Spontex et Massey Ferguson, 600 chez Labrosse et Dupont. Il y avait de nombreux cheminots et facteurs.

L’usine Bosch a été liquidée en 2009, Nestlé a fermé en mars 2019. Toutes les autres entreprises, à part Massey Ferguson, ont réduit leurs effectifs de façon sévère. Cela fait des milliers de jeunes qui tournent en rond dans les cités.

C’est révoltant : tous ces grands groupes internationaux aux profits colossaux, qui dégoulinent d’argent, sont de vrais cancers pour la société. Ils multiplient les dividendes en fermant les usines et aggravant nos conditions de travail, nos conditions de vie.

Je suis à La Poste depuis juin 1995, six mois après je participais à ma première grève. La grève du « Tous ensemble ». La solidarité, le coude à coude entre les travailleurs, la fierté de redresser la tête et de prendre notre sort en charge sont des moments extrêmement privilégiés que j’espère bien revivre.

Depuis 1997, à Beauvais, à la boîte on subit réorganisation sur réorganisation c’est-à-dire suppressions d’emplois sur suppressions d’emplois. Nous avons mené plusieurs grèves retrouvant à notre petite échelle l’ambiance de 1995.

Mais, isolés, nous ne faisons pas le poids face au rouleau compresseur du patronat et des actionnaires.

Je me présente à ces élections pour dire à mes camarades  : « Travailleuses, travailleurs » c’est tous ensemble que nous pourrons renverser la situation.

« TRAVAILLEURS DE TOUS LES PAYS, UNISSONS-NOUS »

Télécharger ce média

Tous les candidats