Elections européennes - Liste Lutte ouvrière

13 - Valérie Hamon

Cheminote
Ille-et-Vilaine

Je m’appelle Valérie Hamon, j’ai 47 ans, je milite à Lutte Ouvrière, je vis à Rennes. Je suis cheminote depuis près de 20 ans et je suis actuellement ouvrière dans des ateliers de maintenance des trains.

Avant de travailler dans le ferroviaire, j’ai cumulé CDD et contrats d’intérim pendant près de 8 ans, comme ouvrière, dans l’agro-alimentaire, l’électronique ou l’automobile.

Mon quotidien aujourd’hui avec mes collègues : on nous en demande toujours plus alors qu’on manque de bras. Les plannings sont infernaux, dans le secteur où je suis, le travail de nuit nous est de plus en plus imposé, avec la fatigue qui va avec. Les salaires sont bloqués depuis des années. Le salaire d’embauche est même en-dessous du SMIC. Pour les collègues embauchés comme contractuels ce n’est pas mieux : un salaire de 1200 euros par mois, c’est souvent la règle. Dans les bureaux, les ateliers, les chantiers ou en gare je croise de plus en plus souvent des collègues en CDD, en Intérim ou en sous-traitance.

En 2019, la direction de l'entreprise prévoit 2500 suppressions d’emplois à l’échelle nationale. En 10 ans, ils en ont déjà supprimé 20 000 ! Tout ça pourquoi ? Pour que l’entreprise accumule des bénéfices record, pour que l’Etat encaisse les dividendes et les reverse sous forme de CICE ou de cadeaux divers aux actionnaires de grands groupes privés ou de banques. Nous les travailleurs, on n’en voit pas couleur. Le fruit de notre travail est dilapidé au profit des actionnaires !

Pendant toutes ces années, j’ai participé à de nombreuses luttes, à des grèves et j’en ai tiré la principale leçon : nous les travailleurs, nous faisons tout tourner dans cette société et sans nous, tout s’arrête y compris les profits des grands patrons. C’est là notre pouvoir. Il est collectif ; si tous les travailleurs s’y mettaient vraiment tous ensemble, cela changerait beaucoup de choses.

Je me présente aux élections européennes sur la liste de Lutte Ouvrière car je pense que les travailleurs ne doivent pas laisser la politique aux politiciens dont c’est le métier de servir les riches bourgeois. Nous devons nous organiser nous-mêmes, défendre nos intérêts de travailleurs, de chômeurs et de retraités. Et nous devons aussi remettre en cause le pouvoir des capitalistes car ils nous emmènent à la catastrophe dans tous les domaines.

Tous les candidats