Elections européennes - Liste Lutte ouvrière

60 - Vincent Combes

Agent logistique aéronautique
Haute-Garonne

Je m’appelle Vincent combes, j’ai 60 ans et je travaille à Toulouse dans l’aéronautique comme agent logistique.

J’ai 60 ans et comme beaucoup de travailleurs de mon âge il me faut travailler encore plusieurs années pour avoir le droit de partir à la retraite en espérant que la pension que je percevrai me permettra de vivre. Pendant ce temps, 6 millions d’entre nous sont au chômage, dont beaucoup de jeunes qui voudraient avoir droit à autre chose que l’enchaînement de petits boulots précaires.

D’ailleurs, dans l’entreprise où je travaille, il y a 20% d‘intérimaires et de salariés en prestation, plus de 300 personnes. C'est-à-dire des camarades qui travaillent avec nous, sans avoir ni les mêmes droits ni les mêmes salaires que nous.

Parmi tous les travailleurs que je côtoie, nombreux sont ceux qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Pourtant nous travaillons dans une entreprise qui fait d’énormes profits. Les dividendes que l’entreprise verse à l’actionnaire sont supérieurs à l’ensemble des salaires annuels de tous les employés. En 2018, l’actionnaire a perçu l’équivalent de 224 000 euros par jours. Cela représente 58 000 € par salarié de l’usine. Alors que certains d’entre nous doivent essayer de faire vivre leur famille pour moins de 1300 euros net par mois.

Pour ajouter au caractère scandaleux de cette situation, cette entreprise bénéficie des aides de l’état. Chaque année, c’est en moyenne une dizaine de millions d’euros de nos impôts qui lui sont redistribués grâce au CICE, le crédit d’impôt compétitivité emploie ou par le CIR, le crédit d’impôt recherche. C’est comme si tous les impôts et taxes que l’ensemble des salariés de cette entreprise payent allaient directement dans la poche de leur patron.

Cette entreprise est à l’exemple de la manière dont fonctionne l’ensemble de la société. Une société où les plus riches, les capitalistes et grands groupes industriels ou financiers, profitent du travail de millions de gens pour s’enrichir toujours plus avec l’aide de l’État.

C’est contre ce système qu’avec mes camarades de Lutte ouvrière je me suis toujours battu. Que ce soit dans mon entreprise en tant que militant syndical ou en manifestant contre toutes les injustices de ce système qui mène la planète à la catastrophe. Et c’est aussi pour toutes ces raisons que je suis candidat sur la liste Lutte ouvrière aux élections européennes du 16 mai 2019.

Les élections ne changeront pas notre sort, mais profitons-en pour dire, en votant pour la liste Lutte Ouvrière conduite par Nathalie Arthaud, que nous en avons ras le bol de ce système, et qu’il faudra nous battre collectivement pour le changer.

Tous les candidats