Chantage patronal

Brève
11/09/2015

Dans la campagne du gouvernement pour supprimer les quelques garde-fous que le code du travail apporte à la protection des droits des travailleurs, la consultation des salariés organisée aujourd'hui par les patrons de Smart (groupe Daimler) à Hambach est montrée en exemple.

Dans ce vote, qui n'est d'ailleurs que consultatif, les salariés sont soumis à un chantage à l'emploi pour accepter une aggravation de leur exploitation. Le patron veut augmenter le temps de travail de 35 à 39 heures hebdomadaires contre une rémunération revenant à 5,19 euro net de l'heure (nettement moins que le smic horaire), auquel s'ajoute un gel des salaires pour les cinq années à venir...

C'est ce que Valls, Hollande et les notables socialistes appellent le « donnant-donnant » !

Les dernières brèves