Depardieu : le mauvais film de ce week-end

Brève
17/12/2012

Le départ en Belgique de Gérard Depardieu pour échapper aux impôts a défrayé la chronique. Le premier ministre Ayrault a qualifié l'attitude de Depardieu « d'assez minable », la ministre de la Culture Filippetti s'est dite indignée, Michel Sapin, ministre du Travail, a dénoncé « une forme de déchéance personnelle ».

Sans excuser le comportement de Depardieu, l'indignation de ces ministres est bien sélective. On ne les entend pas tenir des propos aussi forts à l'égard, par exemple, des Mulliez, propriétaires du groupe Auchan, domiciliés fiscalement depuis longtemps dans le même village belge que Depardieu...

Tout ce bruit sert à occulter le fait que, devant les exploiteurs à grande échelle que sont la famille Peugeot, Mittal, de Wendel et quelques autres, ce gouvernement déroule le tapis rouge et leur accorde des milliards d'exonérations fiscales.

Les dernières brèves