Dexia : erreur de la banque en sa propre faveur ?

Brève
23/04/2009

Il n'y a pas qu'aux États-Unis que les banquiers peuvent tout à la fois licencier, toucher de l'argent public et s'en mettre plein les poches. La banque franco-belge Dexia en est un exemple : sauvée de la faillite en septembre 2008 par les États à hauteur de 6,4 milliards d'euros, elle supprime 900 postes. Son PDG a touché 825 000 euros de bonus ; en outre, la banque a versé quelque 8 millions d'euros de primes à une centaine de dirigeants français. Se faire aider par l'État pour s'enrichir - c'est le capitalisme assisté !

Les dernières brèves