Ils affirment eux-mêmes que le but des plans de relance est de sauver les profits

Brève
03/12/2009

A l'occasion de la publication des statistique établissant le fait que 50 millions d'habitants des États-Unis souffraient de la faim, le vice-président des États-Unis a déclaré « c'est le socialisme pour les capitalistes et le capitalisme pour les pauvres » reprenant les mots de son grand-père face à des plans de relance similaires.

Le cynisme des dirigeants est en général plus proche de la vérité que leur baratin électoral : l'argent de l'État, c'est-à-dire celui récolté sur le dos de tous, a servi, aux États-unis comme ici, à sauver les profits des banquiers et des industriels, pas les emplois des travailleurs.

Les dernières brèves